La nature des Préalpes de Grasse

Les Préalpes de Grasse englobent un vaste massif calcaire situé au nord de Grasse, dans les Alpes-Maritimes. Ce massif de moyenne montagne (altitude maximale 1800 m), situé à seulement 20 km de la Méditerranée, abrite une biodiversité exceptionnelle. La création du Parc Naturel Régional des Préalpes d'Azur en 2012 consacre l'intérêt de ce patrimoine naturel remarquable mais fragile sans toutefois apporter aucune garantie de protection, à la différence d'un Parc National.

Les espèces présentées dans cette page sont regroupées par milieux : pelouses steppiques, karst, coteaux secs, zones humides, zones rupestres, zones forestières. Notons que ce "découpage" est souvent assez arbitraire, car les milieux se recouvrent et certaines espèces se rencontrent dans plusieurs types d'habitat.

 

 

 

  Les pelouses steppiques 

Ces pelouses plus ou moins rocailleuses recouvrent une bonne partie des plateaux calcaires de la région. Les conditions climatiques qui y règnent sont rigoureuses : forte exposition au vent et au soleil, mais aussi au froid et à la neige. Les pelouses dépendent souvent d'un pâturage modéré pour se maintenir (risque de colonisation par le pin sylvestre). Elles abritent un grand nombre d'espèces animales et végétales, dont certaines sont rares et menacées en Europe. En particulier, de nombreuses espèces d'oiseaux (hélas non illustrées ici ...) en voie de raréfaction nichent dans ces milieux.

 

plateau de CalernLe plateau de Calern. Ce plateau est l'un des plus beaux des Préalpes de Grasse. Son aspect très particulier provient notamment du grand nombre (plusieurs centaines) de dolines qui s'y trouvent. Il abrite une diversité spectaculaire d'espèces végétales et animales, dont certaines très rares comme la vipère d'Orsini (Vipera ursinii) ou le criquet hérisson (Prionotropis azami).

 

 

 

 La Flore 

La flore des pelouses comporte de nombreuses espèces caractéristiques, en particulier des orchidées et des liliacées. La végétation des plateaux est caractérisée par des floraisons massives, qui s'échelonnent du printemps (crocus, tulipes, orchidées, ...) jusqu'à la fin de l'été (sarriette, lavande, scille d'automne, ...). Les espèces présentées ici sont regroupées par familles, classées par ordre alphabétique. Les contours des familles correspondent à la classification phylogénétique APG IV (2016).

 

Famille : Asteraceae

 

Senecio gerardiLe séneçon de Gérard (Senecio gerardi). Ce séneçon de grande taille fleurit ça et là, en mai-juin, sur les plateaux calcaires. Proche du séneçon doronic (Senecio doronicum), il s'en distingue par ses fleurs jamais orangées, aux calices dont les bractées extérieures sont courtes. Il est également plus thermophile et moins alticole. Le séneçon de Gérard est présent, en France, essentiellement dans le Sud-Est.

 

 

 

Famille : Caryophyllaceae

 

Holosteum breistrofferiL'holostée hirsute (Holosteum breistrofferi). Cette plante de petite taille (moins de 10 cm) et très discrète se distingue par ses petites fleurs blanches à pétales dentés, ses pédoncules floraux recourbés après la floraison, et ses feuilles caulinaires opposées, glauques et ciliées. Endémique de France, cette espèce n'est présente que dans les pelouses steppiques du sud-est. Elle est protégée en région PACA, et figure sur la liste rouge nationale avec la mention "quasi-menacée".

 

 

 

Famille : Colchicaceae

 

Colchicum bulbocodiumLe bulbocode printanier (Colchicum bulbocodium subsp. bulbocodium). Cette colchique pousse très tôt au printemps sur les pelouses calcaires, souvent en compagnie du crocus bigarré (Crocus versicolor) avec lequel il ne faut pas la confondre : ses fleurs sont d'un violet uniforme, et ses feuilles sont courtes et assez larges. Relativement peu fréquente, cette plante se rencontre dans les Pyrénées et les Alpes occidentales.

 

 

 

Famille : Fabaceae

 

Cytisus ardoinoiLe cytise d'Ardoino (Cytisus ardoinoi subsp. ardoinoi). Cette plante rampante à l'allure de genêt se reconnaît à ses fleurs jaune d'or, ses rameaux à section polyédrique et ses feuilles composées de trois folioles. Toute la plante est couverte d'une pilosité abondante. Cette espèce est endémique des Alpes-Maritimes, où elle peuple les pelouses karstiques des plateaux calcaires, entre 800 et 1500 m d'altitude environ. La floraison a lieu en mai-juin. Le cytise d'Ardoino est  protégé au niveau national.

 

 

Astragalus vesicariusL'astragale vésiculeux (Astragalus vesicarius). Cette espèce aux fleurs bicolores s'identifie immédiatement à ses calices renflés. Les feuilles, disposées en rosette, sont divisées et d'aspect argenté. L'astragale vésiculeux se rencontre dans les pelouses sèches et rocailleuses. En France, elle n'est présente que dans les Alpes.

 

 

 

Famille : Iridaceae

 

Crocus versicolorLe crocus bigarré (Crocus versicolor). Ce crocus est souvent la première plante à fleurir dans les pelouses rases des plateaux calcaires, parfois dés le mois de Janvier en exposition protégée. Il s'identifie à ses fleurs violettes ou blanches, striées de pourpre à l'extérieur. Cette espèce Ligure se rencontre dans le sud-est de la France et le nord-ouest de l'Italie.

 

 

 

Famille : Lamiaceae

 

Hyssopus officinalisL'hysope (Hyssopus officinalis). Cette plante ressemble beaucoup à la sarriette (Satureja montana), en compagnie de laquelle elle pousse souvent, si ce n'est que ses fleurs sont violettes et non blanches. Plante médicinale bien connue depuis l'Antiquité, elle rentre encore aujourd'hui dans la composition de nombreux produits. Elle se rencontre typiquement dans les pelouses rocailleuses écorchées. Dans les Préalpes de Grasse, l'hysope semble assez rare et localisée. Présente surtout dans une moitié sud de la France, c'est une plante d'Europe méridionale, Afrique du Nord et Asie occidentale.

 

 

 

Famille : Liliaceae

Les Gagées

Les gagées sont de minuscules Liliacées à fleurs jaunes qui apprécient les pelouses calcaires pâturées de moyenne montagne. Elles sont parmi les premières plantes à fleurir, dès le mois de mars. Quatre espèces sont présentes dans les Préalpes de Grasse, toutes rares et protégées au niveau national. L'identification de ces petites plantes, qui poussent parfois en mélange, nécessite un examen attentif !

 

Gagea bohemicaLa gagée de Bohème (Gagea bohemica). Cette espèce s'identifie à la pilosité longue et laineuse qui couvre les pédicelles floraux et le dos des sépales. Les fleurs semblent souvent posées sur le sol tant la tige est courte. Elles s'ouvrent moins que chez les autres espèces du genre. Les feuilles radicales sont linéaires et longues, les caulinaires courtes et plus larges. La gagée de Bohème est une espèce d'Europe centrale et méridionale, présente en France essentiellement dans le sud-est.

 

 

Gagea reverchoniiLa gagée de Burnat (Gagea reverchonii). Cette gagée se reconnaît à ses feuilles relativement larges et glabres, glauques, terminées par un petit capuchon apical. Les fleurs sont petites, rougeâtres à l'extérieur. La plante est pratiquement entièrement glabre. Dans les préalpes de Grasse, cette espèce est la plus répandue des Gagées et forme localement d'importantes colonies. La gagée de Burnat se rencontre essentiellement dans le sud-est de la France.

 

 

Gagea pratensisLa gagée des prés (Gagea pratensis). Cette troisième espèce de gagée se reconnaît à ses fleurs nettement plus grandes (2 cm de diamètre), verdâtres à l'extérieur. Les pédicelles floraux et les fleurs sont glabres. Les feuilles basales sont longues et assez larges. Elle est souvent plus tardive que les autres gagées, avec une floraison à partir de mi-avril. Cette espèce essentiellement distribuée en Europe est présente dans plusieurs régions Françaises, mais en forte régression.

 

 

Gagea villosaLa gagée des champs (Gagea villosa). Cette gagée possède des fleurs et pédicelles floraux velus, comme la gagée de Bohème, mais cette pilosité est courte et dense. Les fleurs sont verdâtres à l'extérieur. Cette espèce pousse dans les champs, vignes et pelouses calcaires. Elle est présente en France dans la moitié est.

 

 

Tulipa australisLa tulipe australe (Tulipa sylvestris subsp. australis). Cette belle tulipe jaune s'identifie à la couleur orangée de l'extérieur des tépales. C'est une plante bien répandue en moyenne montagne, qui fleurit en avril-mai dans les prairies rocheuses et les fissures du karst. Il ne faut pas la confondre avec la tulipe sylvestre (Tulipa sylvestris subsp. sylvestris), entièrement jaune, plante messicole beaucoup plus rare dans les Alpes-Maritimes. Cette dernière est protégée en France métropolitaine. La tulipe australe, espèce de distribution méditerranéenne, se rencontre en France dans un quart sud-est.

 

 

 

 

Famille : Orchidacea

Les orchidées constituent une famille végétale fascinante, tant par la diversité des formes et des couleurs que par les stratégies étonnantes développées par ces plantes pour vivre et se reproduire. Les Alpes-Maritimes figurent parmi les départements Français les plus riches en orchidées, dont la plupart sont cantonnées à l'étage méditerranéen (voir la rubrique "PACA" de ce site). Cependant, un certain nombre d'espèces se rencontrent à l'étage montagnard. Les six espèces qui suivent fleurissent en abondance sur les plateaux calcaires au printemps :

 

Anacamptis morioL'orchis bouffon (Anacamptis morio). Cette orchidée se reconnaît au premier coup d'œil à son port très trapu et à ses fleurs d'un violet sombre. Plutôt montagnarde en PACA, cette espèce apprécie les pelouses rases des plateaux calcaires où elle forme parfois de vastes colonies. Une espèce voisine, l'orchis peint (Anacamptis picta), fréquente les maquis siliceux de basse altitude. La floraison d'Anacamptis morio a lieu en avril-mai. Cette espèce, qui se rencontre dans une majeure partie de la France, possède également une vaste répartition mondiale.

 

 

Orchis speciosa

L'orchis superbe (Orchis mascula subsp. speciosa). Cette orchidée aux fleurs d'un rose caractéristique peuple les prairies rocailleuses et les pelouses des plateaux calcaires, parfois en très grand nombre. Elle se distingue de l'orchis mâle (Orchis mascula subsp. mascula) par son labelle fortement divisé, ses pétales pointés vers l'avant, et ses feuilles sans taches noires mais finement pointillées de rouge à la base (ainsi que la tige). Il ne faut pas non plus la confondre avec l'orchis d'Hyères (Orchis olbiensis, voir plus loin), moins alticole, aux fleurs rose pâle. L'orchis superbe est présent dans les montagnes du sud-est de la France.

 

 

Neotinea ustulataL'orchis brûlé (Neotinea ustulata). Cette petite orchidée possède une allure très caractéristique, avec son épi floral au sommet brun-pourpre d'aspect "brûlé". La floraison à lieu en mai-juin. Cette espèce est commune dans les Préalpes, dans les pelouses des plateaux calcaires. Cette espèce eurosibérienne est répandue sur tout le territoire Français. Elle est plus rare dans les régions méditerranéennes, où elle se rencontre surtout en montagne.

 

 

Neotinea tridentataL'orchis à trois dents (Neotinea tridentata). Cette orchidée se reconnaît à la forme globuleuse de l'inflorescence, à la couleur rose clair des fleurs et au casque veiné de pourpre. Le labelle est divisé en trois lobes égaux. L'orchis à trois dents  pousse dans les mêmes milieux que l'espèce précédente, avec laquelle il s'hybrique fréquemment (voir ci-dessous). Distribué de l'Espagne au Caucase, il est présent en France dans un tiers sud-est.

 

 

Neotinea ustulata x tridentata

Hybride Neotinea ustulata x N. tridentata. Cet hybride est commun sur les plateaux calcaires des Préalpes. La plante rappelle Neotinea ustulata par le port et la forme des fleurs, mais elle est plus robuste et les fleurs sont d'un pourpre assez sombre.

 

 

Dactylorhiza viridisL'orchis grenouille (Dactylorhiza viridis). Cette orchidée discrète apprécie les pelouses rases en montagne. La couleur du labelle est généralement verte, parfois rougeâtre comme sur cette photo. L'orchis grenouille est présent dans une majeure partie de l'Europe (à l'exception du bassin Méditerranéen) et de l'Amérique du nord.

 

 

Dactylorhiza sambucinaL'orchis sureau (Dactylorhiza sambucina). Cette orchidée montagnarde se rencontre sous deux formes, l'une jaune et la seconde rouge orangée, que l'on trouve souvent en mélange. Dans les Préalpes, elle peuple les pelouses rases des plateaux calcaires et les pentes rocailleuses. On la trouve aussi plus haut, dans les pelouses alpines où elle forme parfois de vastes peuplements. En France, cette espèce se rencontre dans un tiers sud-est.

 

 

 

Famille : Orobanchacea (ex Scrophulariaceae)

 

Pedicularis comosaLa pédiculaire chevelue (Pedicularis comosa). Cette grande espèce se reconnaît à ses fleurs jaune pâle, dont la lèvre supérieure est prolongée par un bec court. Elle se rencontre localement, dans les préalpes, dans les pelouses rocailleuses. Elle est présente en France dans les Alpes, le Massif Central et les Pyrénées.

 

 

Parentucellia latifolia

La parentucelle à larges feuilles (Parentucellia latifolia). Cette petite plante aux fleurs pourpres minuscules est assez abondante dans les pelouses sèches. Toute la plante est couverte de cils glanduleux. Cette espèce est présente en France essentiellement le long des côtes, de l'Atlantique à la Méditerranée. Elle est protégée en Bretagne et Midi-Pyrénées.

 

 

 

Famille : Papaveraceae

 

Papaver dubium

Le pavot douteux (Papaver dubium). Ce pavot se distingue par ses quatre pétales orangés se chevauchant peu, et surtout par ses capsules allongées. On le rencontre ça et là sur les plateaux calcaires, en général dans les dolines. Il est protégé en région PACA.

 

 

 

Famille : Ranunculaceae

 

Anemone halleriLa pulsatille de Haller (Anemone halleri). Cette belle anémone se reconnaît aux longs poils argentés qui la recouvrent. Elle se rencontre dans les pelouses rocailleuses et bois clairs de pins sylvestres, en avril-mai. Cette plante est endémique de l'ouest des Alpes, et se rencontre chez nous en Savoie, Dauphiné et Provence. Elle est protégée au niveau national.

 

 

 

Famille : Violaceae

 

Viola kitaibeliana

La pensée de Kitaibel (Viola kitaibeliana). Cette minuscule violette est discrète mais bien présente sur les plateaux calcaires. Elle se rencontre en France dans le Sud, mais également sur la côte Atlantique. Elle est protégée en Aquitaine.

 

 

 

 

 Les champignons et lichens 

 

Les Champignons

Les pelouses steppiques abritent un nombre relativement restreint de champignons. Quelques espèces spectaculaires s'y rencontrent toutefois, comme les deux examples présentés ci-dessous.

 

Famille : Agaricaceae

 

Agaricus urinascensL'agaric géant des prés (Agaricus urinascens). Le chapeau de ce champigon imposant forme une boule lorsqu'il est jeune, d'où son nom vernaculaire de "boule de neige". Après étalement, le chapeau peut atteindre 30 cm de diamètre ! On trouve cette belle espèce en mai-juin dans les dolines, où il pousse parfois en cercle ("ronds de sorcière"). C'est un champignon comestible, à consommer jeune.

 

 

Calvatia giganteaLe lycoperdon géant (Calvatia gigantea). Cette espèce impressionnante à la croissance très rapide atteint 40 cm de diamètre. Répandu mais peu commun, ce champigon nitrophile apprécie les zones pâturées des plateaux calcaires. Il est consommable jeune, lorsque la chair est blanche.

 

 

 

 

 La Faune 

La faune des Préalpes de Grasse est particulièrement diversifiée, du fait de la grande variété de milieux représentés et de l'amplitude altitudinale importante de cette région. Le chevauchement des influences méditerranéenne et montagnarde rend possible la rencontre sur un même site d'une espèce méridionale comme la Diane (Zerynthia polyxena) et du chamois (Rupicapra rupicapra), typiquement montagnard !

 

Reptiles

Famille : Viperidae

 


Vipera ursiniiLa vipère d'Orsini (Vipera ursinii). Cette vipère de taille réduite se reconnaît à sa petite tête, peu différenciée du cou. Elle vit dans les pelouses et prairies sèches au-dessus de 1000 m d'altitude, où abondent les criquets et sauterelles qui constituent l'essentiel de sa nourriture. Peu agressif et peu venimeux, ce serpent ne constitue pas un danger pour l'homme. Il est en revanche très rare en France, avec une poignée de stations toutes situées dans le sud-est. Classé comme "en danger" par l'UICN, il est intégralement protégé en France : si par chance vous le rencontrez, admirez le mais ne lui faites aucun mal !

 

 

 

Lépidoptères

En déclin marqué dans toute l'Europe, les papillons sont encore nombreux dans les Préalpes de Grasse, avec une variété remarquable (les Alpes-Maritimes concentrent près de 80% des espèces Françaises). Les pelouses sèches qui se couvrent de fleurs au printemps constituent un biotope idéal où observer de nombreuses espèces, dont certaines sont rares et protégées.

 

Famille : Lycaenidae

 

Phengaris arionL'azuré du serpolet (Phengaris arion). Ce joli papillon se reconnaît aux larges taches noires qui ornent son dessus bleu nuit. Il fréquent les pelouses sèches à thym (sa plante-hôte) de mai à août. Comme chez les autres espèces du genre Phengaris, sa chenille achève sa croissance à l'intérieur d'une fourmilière. En régression, ce papillon est protégé en France au niveau national, et listé comme "menacé" par l'UICN à l'échelle Européenne.

 

 

Glaucopsyche alexisL'azuré des cytises (Glaucopsyche alexis). Ce petit papillon se reconnaît à son revers gris pâle délicatement suffusé d'écailles bleues. Il fréquente les prairies sèches fleuries. Cette espèce est présente dans une majeure partie de l'Europe, en Russie et en Asie. En France, on la rencontre dans presque tous les départements.

 

 

Famille : Nymphalidae  /   Sous-Famille : Nymphalinae 

 

Euphydryas auriniaLe damier de la succise (Euphydryas aurinia). Cette espèce arbore sur le recto des ailes un motif délicat panaché de noir, orange, beige et blanc, d'aspect caractéristique. Elle fréquente les pelouses sèches, d'avril à juillet. Le damier de la succise possède une vaste distribution mondiale, de l'Afrique du Nord à l'Europe jusqu'en Asie. Il est en forte régression et protégé en France au niveau national.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Heliconiinae

 

Brenthis hecateLe nacré de la filipendule (Brenthis hecate). Ce joli papillon se distingue par son fond orange intense et la double rangée de points noirs au bord des ailes. Il s'observe dans les prairies ensoleillées, essentiellement au mois de juin. Dans l'ouest de l'Europe cette espèce est cantonnée aux régions méridionales, elle est plus répandue dans l'est de l'Europe jusqu'en Turquie. En France, elle ne se rencontre que dans un tiers sud du territoire.

 

 

Issoria lathoniaLe petit nacré (Issoria lathonia). Ce splendide papillon se distingue par les grandes taches réfléchissantes qui ornent le revers des ailes postérieures. Le dessus est orange avec des taches noires comme chez la plupart des nacrés, et les ailes postérieures sont anguleuses. Cette espèce est présent en Afrique du Nord, dans une majeure partie de l'Europe, et jusqu'en Mongolie.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Satyrinae 

 

Melanargia occitanicaL'échiquier d'Occitanie (Melanargia occitanica). Proche du très commun demi-deuil (Melanargia galathea), ce magnifique papillon beaucoup plus localisé s'en distingue par son revers aux nervures réhaussées de rouille et aux ocelles bleues. On l'observe généralement en vol rapide au-dessus des plateaux calcaires, de fin mai à début juillet. Cette espèce est présente en France (bordure méditerranéenne), Espagne et Afrique du Nord.

 

 

Erebia neoridas

Le moiré automnal (Erebia neoridas). Ce moiré est assez abondant dans la zone considérée, où il s'agit de l'une des seules espèces du genre. Il fréquente les pentes sèches d'août à octobre. Ce moiré de moyenne montagne est présent en colonies dispersées en Espagne, France et Italie.

 

 

Erebia epistygne

Le moiré Provençal (Erebia epistygne). Cette espèce s'identifie facilement à son aspect "bicolore", avec une teinte de la frange entourant les ocelles jaunâtre sur les antérieures et marron sur les postérieures. A l'inverse de l'espèce précédente, ce moiré vole tôt au printemps (dès le mois de mars), même par temps assez froid. Son comportement est caractéristique : un vol papillonant sur quelques dizaines de mètres entrecoupé de pauses à même le sol, où il étale ses ailes pour profiter du soleil. Le moiré Provençal est un papillon localisé, présente en Espagne, dans les Cévennes et en Provence. En France, il est classé par l'UICN comme "quasi menacé" au niveau national, et "vulnérable" au niveau régional.

 

 

 

Famille : Papilionidae 

 

Parnassius mnemosyneLe semi-apollon (Parnassius mnemosyne). Ce papillon d'assez grande taille s'identifie à ses ailes blanches avec quelques taches noires sur le dessus. Il fréquente les pelouses rocailleuses et les clairières en moyenne montagne, où pousse sa plante-hôte, la corydale à bulbe plein (Corydalis solida). Il s'agit d'un papillon rare et souvent très localisé. On le rencontre dans la majeure partie des massifs montagneux d'Europe, jusqu'en Asie centrale. Classé comme "quasi menacé" en France par l'UICN, il y est intégralement protégé.

 

 

 

Famille : Pieridae 

 

Colias croceus

Le souci (Colias croceus). Ce papillon au dessus des ailes orange bordé de noir appartient à la famille des Piérides. Il est commun sur les plateaux calcaires à la fin de l'été. Il s'agit d'une espèce répandue dans le nord de l'Afrique, en Europe et dans une partie de l'Asie. Elle est migratrice dans le nord de l'Europe, et résidente en Europe méridionale.

 

 

 

Famille : Zygaenidae 

Les zygènes sont de petits papillons à l'allure très caractéristique, avec un corps épais et des ailes présentant un motif de taches rouges sur fond noir. Ces couleurs voyantes avertissent les prédateurs éventuels de leur toxicité : les zygènes contiennent en effet du cyanure ...

 

Zygaena rhadamanthusLa zygène cendrée (Zygaena rhadamanthus). Cette belle espèce se reconnaît à ses ailes souvent gris cendré, portant six taches rouges dont certaines sont bordées de noir. Peu commune, la zygène cendrée s'observe en petit nombre de la fin du mois de mai à juin. Restreinte au sud de l'Europe, cette espèce se rencontre en France sur la frange méditerranéenne. Elle est chez nous intégralement protégée.

 

 

Zygaena faustaLa zygène de la petite coronille (Zygaena fausta). Cette petite espèce se caractérise par ses taches rouges jointives bordées de clair, son collier et sa ceinture abdominale rouges. Dans les Préalpes de Grasse, on l'observe principalement en septembre, soit plus tardivement que les autres zygènes. Assez répandue en France, elle est toutefois absente d'une bonne partie de la moitié nord et du sud-ouest. La chenille se nourrit de diverses espèces de coronilles.

 

 

Zygaena hilaris new 80 2

La zygène des bugranes (Zygaena hilaris). Cette zygène ressemble superficiellement à l'espèce précédente, dont elle diffère par le collier blanc et l'absence de ceinture abdominale. Elle est également beaucoup plus précoce : elle vole en juin dans les Préalpes de Grasse, tandis que Z. fausta apparaît fin août / début septembre. En France, cette espèce est restreinte au sud-est où elle est assez répandue mais peu abondante. La sous-espèce ononidis, des environs de Cannes, est au bord de l'extinction.

 

 

Zygaena carniolicaLa zygène du sainfoin (Zygaena carniolica). Avec son collier blanc et ses taches rouges cerclées d'ocre ou de blanc crême, cette espèce ressemble à l'espèce précédente. Elle s'en distingue notamment par la tache en forme de croissant étroit du bout de l'aile, qui ne touche pas la tache la plus proche. De plus, les individus des Préalpes de Grasse présentent souvent une ceinture abdominale rouge (visible ici sur l'individu de droite), absente chez Z. hilaris. La zygène du sainfoin est assez fréquente chez nous au-dessus de 1000 m d'altitude, où elle vole à partir de fin juin. Elle se rencontre dans une majeure partie de la France, à l'exception du bassin Aquitain et du massif Armoricain.

 

 

Zygaena nevadensisLa zygène Ibère (Zygaena nevadensis). Cette toute petite zygène aux ailes translucides arbore trois bandes rouges. Cette espèce est très localisée en France, dans le sud-est. Dans les Alpes-Maritimes, elle semble présente essentiellement dans les Préalpes de Grasse, où on peut l'observer à partir du mois de juin.

 

 

Adscita sp.

Procris (Adscita sp.). Les procris sont des Zygaenidae verts ou bleutés, dont l'identification requiert en général l'examen des genitalia. Treize espèces sont connues dans les Alpes-Maritimes. Le couple représenté appartient au genre Adscita (antennes épaissies à l'extrémité). Le mâle (à droite) à les antennes pectinées.

 

 

 

Famille : Crambidae

 

Metaxmeste schrankiana

L'hercyne des airelles (Metaxmeste schrankiana). Ce petit papillon d'un cm d'envergure environ s'observe au printemps, volant rapidement au dessus des pelouses et se posant souvent au sol. Il s'agit d'une espèce montagnarde, presente à partir de 1000 m d'altitude mais typiquement observée vers 2000 m.

 

 

 

Famille : Pyralidae

 

Lymphia chalybellaLa phycide plombée (Lymphia chalybella). Cette petite espèce est de couleur très sombre, avec des antennes très effilées. Elle vole au mois de mai sur les plateaux calcaires.  Elle est présente en France dans les Alpes méridionales.

 

 

 

Hémiptères

Cet ordre regroupe les punaises, cigales, pucerons ... Les punaises se nourissent de liquides aspirés grâce à leur rostre, qu'il s'agisse de la sève de plantes ou du sang (hémolymphe) d'autres insectes.

 

Famille : Pentatomidae

 

Jalla dumosa

Jalla dumosa. Cette punaise assez massive est de coloration très variable, parfois entièrement noire. Toutefois, elle présente toujours une ligne rouge ou jaune longitudinale sur la tête. Jalla dumosa se nourrit de larves d'insectes (coléoptères et lépidoptères notamment). Cette espèce rare est présente en Europe Centrale et du Nord. En France, elle est surtout observée dans le Massif central et le Sud-Est.

 

 

 

Coléoptères

Cet ordre compte presque 10 000 espèces en France, dont certaines parmi nos plus grand insectes comme le grand capricorne (Cerambyx cerdo) ou le scarabée rhinocéros Européen (Oryctes nasicornis).

 

Famille : Elateridae

 

Cebrio gigasCebrio gigas. Ce petit coléoptère se reconnaît à ses élytres couverts d'une fine fine pilosité dorée, aux pointes marquées du pronotum et au premier segment roussâtre des pattes. Il s'observe en septembre-octobre, toujours après la pluie qui ameublit le sol et lui permet d'émerger. En général seuls les mâles sont observés, les femelles restant en permanence dans le sol. Cette espèce est présente en France dans le sud-est, à l'est de Rhône.

 

 

Famille : Curculionidae

 

Leucophyes pedestris

Leucophyes pedestris/occidentalis. Ce charançon atteint 20 mm. Il se distingue par la tache claire entourée de noir présente sur les élytres, la couleur de fond de ceux-ci pouvant varier. La différenciation de L. pedestris et L. occidentalis nécessite l'examen des genitalia. Cette espèce se rencontre dans une partie de l'Europe, au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

 

 

Coniocleonus cicatricosus

Coniocleonus cicatricosus. Ce charançon mesure environ 15 mm. Il semble y avoir peu d'information sur sa distribution en France (observations dans la Drôme et les Alpes-Maritimes). Une autre espèce très similaire, C. excoriatus, semble absente des Alpes-Maritimes.

 

 

Cyphocleonus testatus

Cyphocleonus testatus. Ce charançon mesure sensiblement la même taille que l'espèce précédente. Il se distingue par les excroissances noires en relief qui parsèment le thorax et les élytres. Peu d'observation en France pour ce charançon, dans le Lubéron et les Alpes-Maritimes.

 

 

 

 

Mantoptères

Plusieurs mantes se recontrent dans le sud de la France, dont quelques petites espèces de distribution méditerranéenne.

 

Famille : Mantidae

 

Mantis religiosa new 81Mante religieuse (Mantis religiosa) dévorant un criquet. A la fin de l'été, les criquets abondent dans les prairies sèches, ainsi que leurs prédateurs dont la mante religieuse. La mante religieuse peut se rencontrer sous diverses colorations, du brun au vert. C'est la seule mante se rencontrant dans une majeure partie de l'hexagone. Plusieurs autres espèces moins fréquentes habitent le sud du pays, dont la mante décolorée (Ameles decolor) présentée ci-dessous.

 

 

Ameles decolorLa mante décolorée (Ameles decolor). Cette petite mante à la coloration brune ou grise passe facilement inaperçue dans la végétation sèche. La femelle, représenté ici, possède des ailes très courtes tandis que celles du mâle sont longues. Cette espèce est présente en terrain sec à basse altitude, et au moins jusqu'à 1300 m d'altitude dans les Préalpes de Grasse. Distribuée dans le sud de l'Europe, elle ne se rencontre en France que dans le sud-est.

 

 

 

 

Orthoptères

A la fin de l'été, les pelouses sèches de moyenne montagne sont le royaume des orthoptères. Les Ensifères (grillons et sauterelles) se distinguent par de longues antennes, tandis que celles des Caelifères (criquets) sont beaucoup plus courtes.

 

Famille : Tettigonidae  /  Sous-Famille : Saginae

 

Saga pedoLa magicienne dentelée (Saga pedo). Cette sauterelle, l'une des plus grandes d'Europe (11 cm de long avec l'oviscapte, sans les antennes), se rencontre dans les terrains secs jusqu'à 1700 m d'altitude. Cette espèce se reproduisant par parthénogenèse, il n'y a que des femelles en Europe. Il s'agit d'un carnivore redoutable, actif essentiellement la nuit. Cette espèce rare possède cependant une vaste distribution mondiale, du sud de la France à la Chine. Protégée en France, elle est listée comme "vulnérable" sur la liste rouge mondiale des espèces menacées.

 

 

 

Famille : Tettigonidae  /  Sous-Famille : Bradyporinae

 

Ephippiger terrestrisEphippigère terrestre (Ephippiger terrestris subsp. terrestris). Cette grosse sauterelle possède un pronotum en forme de selle caractéristique. La femelle est pourvue d'un long oviscapte en forme de sabre destiné à enfoncer les œufs dans le sol. L'éphippigère terrestre est présente dans le sud-est de la France, où elle habite les pelouses et prairies de moyenne montagne (1000 à 2000 m environ).

 

 

Ephippiger diurnusL'éphippigère des vignes (Ephippiger diurnus subsp. diurnus). Cette éphippigère se distingue de la précédente par les segments supérieurs de l'abdomen (les tergites) de couleur généralement sombre, avec une marge claire. Répandue en France mais rare dans les Alpes-Maritimes, elle y semble surtout présente dans les Préalpes de Grasse.

 

 

 

Famille : Tettigonidae  /  Sous-Famille : Phaneropterinae

 

Polysarcus denticauda

Le barbitiste ventru (Polysarcus denticauda). Cette sauterelle très massive se rencontre dans les pelouses sèches à partir de 1000 m d'altitude. L'oviscapte de la femelle présente une extrémité aplatie et barbelée d'où le nom latin de l'espèce. Chez le mâle, représenté ici à son poste de chant, la plaque sous-génitale relevée à angle droit dépasse les cerques, critère permettant de le différencier du barbitiste à bouclier (Polysarcus scutatus). Le barbitiste ventru, présent dans les montagnes du sud et du centre de l'Europe, semble plutôt rare dans les Alpes-Maritimes où il se rencontre notamment dans les Préalpes de Grasse. Polysarcus scutatus y est également présent mais encore plus localisé.

 

 

 

Famille : Tettigonidae  /  Sous-Famille : Tettigoninae

 

Decticus verrucivorusLa dectique verrucivore (Decticus verrucivorus). Cette grande sauterelle apprécie les pelouses sèches de montagne. La coloration est variable, du vert au brun. Malgré sa taille imposante, elle fait partie des proies de la lycose de Narbonne (Lycosa tarentula). Présente dans une majeure partie de l'Europe, ainsi qu'en Asie, elle se raréfie dans l'ouest (en danger d'extinction en Grande-Bretagne).

 

 

Gampsocleis glabraLa dectique des brandes (Gampsocleis glabra). Cette dectique de taille moyenne s'identifie à la ligne blanche fine qui borde les lobes du pronotum. Cette sauterelle habite les prairies steppiques jusqu'à 1500 m d'altitude. Les mâles se perchent sur des amas d'herbe et émettent une stridulation aigüe, continue et ténue. Présent en France surtout dans le sud, cette espèce est rare dans les Alpes-Maritimes où on la rencontre uniquement dans les Préalpes de Grasse.

 

 

Eupholidoptera chabrieriLa decticelle splendide (Eupholidoptera chabrieri), mâle. Cette sauterelle aux couleurs vives se rencontre dans une variété de milieux, de la garrigue écorchée de basse altitude aux pelouses des plateaux calcaires. Son aire de distribution recouvre le sud de la Suisse et le sud-est de la France, l'Italie, la Slovénie, la Roumanie et la Grèce.

 

 

Antaxius pedestrisL'antaxie marbrée (Antaxius pedestris subsp. pedestris). Les Antaxies sont des sauterelles d'assez grande taille. Cette femelle se reconnaît à son oviscapte bien droit. Cette espèce se rencontre en France uniquement dans le Sud-Est.

 

 

Tesselana tesselataLa decticelle caroyée (Tessellana tessellata subsp. tessellata). Cette sauterelle se distingue des espèces du genre Platycleis, d'allure similaire, par sa petite taille (14 mm environ) et ses élytres étroits marqués de rectangles noirs. Cette espèce se rencontre partout en France à l'exception du nord-est.


 

 

Famille : Pamphagidae

 

Prionotropis azamiLe criquet hérisson (Prionotropis azami). Ce criquet massif est endémique de Provence, où il n'est connu que de quelques stations du Var et des Alpes-Maritimes. La femelle, représentée ici, est grise et très trapue, tandis que le mâle est jaunâtre et plus fluet (voir ci-dessous). On rencontre ce criquet sur les plateaux calcaires, vers 1200 m d'altitude, de juillet à septembre. Très rare, il est protégé au niveau national. Deux autres espèces se rencontrent en Europe : le très local et menacé criquet de la Crau Prionotropis rhodanica est endémique de la plaine de la Crau (Bouches-du-Rhône), tandis que Prionotropis hystrix se rencontre dans les Balkans. Le criquet hérisson est listé comme "en danger" par l'UICN.

 

 

 

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Gomphocerinae

 

Arcyptera kheiliL'arcyptère provençale (Arcyptera kheili). Ce gros criquet est également un endémique Provençal, qui affectionne les plateaux calcaires. Assez localisé, il est cependant beaucoup moins rare que le criquet hérisson (Prionotropis azami) dont il partage parfois l'habitat. La ligne blanche sur le thorax chez les deux sexes, ainsi que les marques blanches et noires sur l'abdomen de la femelle sont caractéristiques.

 

 

Euthystira brachypteraLe criquet des genévriers (Euthystira brachyptera). Ce petit criquet est présent dans une moitié Est de la France. La femelle, représentée ici, est d'un vert jaunâtre avec des élytres courts et rosé, tandis que le mâle, plus petit, est d'un beau vert vif.

 

 

Stenobothrus fischeri glaucescensLe sténobothre cigalin (Stenobothrus fischeri subsp. glaucescens). Ce criquet se reconnaît aux élytres n'atteignant pas les genoux, avec un large champ médian et une stigma (tache blanche) située au début du dernier tiers de l'élytre. Les genoux sont noirs et contrastent avec les fémurs. Cette espèce de moyenne montagne se rencontre dans le sud-est de la France.

 

 

 

 

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Melanoplinae

 

Podisma pedestrisLa miramelle des moraines ou criquet marcheur (Podisma pedestris). Ce criquet aux élytres courts fréquente les pelouses sèches de montagne (de 1000 à 3000 m environ), dans les Alpes et les Pyrénées. Le mâle est vivement coloré, la femelle est plus grande et de couleur plus terne. Dans le Mercantour, une autre espèce proche est présente, la miramelle Ligure (Podisma dechambrei). Celle-ci se distingue essentiellement par ses élytres encore plus courts, qui n'atteignent pas le bord du 2ème segment abdominal.

 

 

 

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Caliptaminae

 

Calliptamus siciliaeLe caloptène provençal (Calliptamus siciliae). Ce tout petit criquet aux gros yeux se distingue des espèces voisines par ses ailes plus courtes que l'abdomen chez le mâle, qui est bien plus petit que la femelle. Il est abondant sur les plateaux calcaires des Préalpes de Grasse. Cette espèce ne se rencontre que dans le Sud-Est de la France, en Italie et en Suisse.

 

 

 

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Locustinae

 

Oedaleus decorusL'oedipode soufrée (Oedaleus decorus). La plupart des Oedipodes possèdent une couleur grise qui les rend très mimétiques. Avec son aspect bariolé, l'oedipode soufrée fait exception. Elle ne peut pas être confondue, grâce notamment au motif caractéristique blanc et noir des ailes. La teinte de fond peut être verte, comme sur cette photo, ou brune. Cette espèce se rencontre souvent sur des terrains très secs et au sol nu. Dans les Préalpes de Grasse, elle semble peu répandue et assez localisée. Elle est présente dans une large moitié sud de la France.

 

 

Criquets momifiesCriquets momifiés. A la fin de l'été, les hautes herbes des dolines sont nombreuses à porter ces petits cadavres désséchés. Ces criquets ont été victimes du champignon Entomophaga grylli. Au cours de l'infection, le champignon pénètre dans le cerveau des criquets qui grimpent alors en haut des herbes pour y mourir. Cette stratégie permet au champignon de maximiser la dispersion de ses spores.

 

 

 

 

Névroptères

Évoquant un croisement entre une libellule et une mouche, les ascalaphes appartiennent à l'ordre des névroptères. Ces insectes habitent le Sud de l'Europe, où ils sont fréquemment observés planant au-dessus des prairies ensoleillées.

 

Famille : Ascalaphidae

 

Libelloides longicornisL'ascalaphe ambré (Libelloides longicornis). L'ascalaphe ambré possède un motif noir caractéristique sur les ailes postérieures et des nervures jaunes.

 

 

Libelloides coccajusL'ascalaphe soufré (Libelloides coccajus). Cette espèce se distingue de la précédente par le glacis jaune vif, parfois presque blanc, qui couvre une partie des ailes dont les nervures sont noires. Elle est présente dans une moitié Sud de la France.

 

 

 

Odonates

Famille : Libellulidae

 

Sympetrum fonscolombiiLe sympétrum de Fonscolombe (Sympetrum fonscolombii). Cette libellule se reconnaît à ses curieux yeux bicolores, à la moitié inférieure bleutée. Le mâle adulte est rouge et la femelle jaunâtre. Grand migrateur, cet insecte peut se rencontrer dans tous les milieux, et remonte certaines années très au nord de son aire de répartition habituelle (la moitié sud de l'Europe). Lors de ces migrations, des vols contenant des dizaines de milliers d'individus peuvent être observés.

 

 

 

 

Arachnides

Famille : Lycosidae

 

Lycosa tarentulaLa lycose de Narbonne (Lycosa tarentula). Cette araignée impressionnante, l'une des plus grandes d'Europe (le corps atteint 3 cm), vit dans un terrier à l'entrée tapissée de soie. Assez agressive, elle peut mordre lorsqu'elle est dérangée. Cette espèce méditerranéenne ne se rencontre en France que dans le sud-est. Dans les Alpes-Maritimes, elle affectionne les pelouses rocailleuses des plateaux calcaires, vers 1200 m d'altitude.

 

 

Famille : Nemesiidae

 

Nemesia manderstjernae

Terrier de mygalomorphe (Nemesia manderstjernae). Pas moins de 19 espèces de mygalomorphes sont présentes en France métropolitaine, dont plusieurs sont endémiques de Corse. Ces araignées de taille plus modeste que la tarentule sont nocturnes et vivent également dans un terrier. Chez certaines espèces, celui-ci est fermé par un opercule au camouflage parfait comme représenté ici. L'habitante de ce terrier est probablement Nemesia manderstjernae, présente dans le Var et les Alpes-Maritimes.

 

 

 

Famille : Eresidae

 

Eresus kollari

L'érèse coccinelle (Eresus kollari). Cette jolie araignée se distingue, chez le mâle, par son motif unique de quatre points noirs sur un abdomen rouge. Les poils roux sur les deux paires de pattes postérieures permettent de la distinguer d'une autre espèce beaucoup plus rare, Eresus sandaliatus, également présente en France. La femelle est plus grosse et noire, et est rarement observée car elle reste dans son terrier. L'érèse cocinelle se rencontre sur les plateaux à la fin de l'été, assez peu fréquement.

 

 

 

Famille : Araneidae

 

Argiope bruennichiL'argiope frelon (Argiope bruennichi). Cette araignée spectaculaire ne peut pas être confondue. Sur les plateaux, elle se rencontre essentiellement dans les dolines, là où les herbes hautes lui permettent d'installer sa toile. Celle-ci comporte un motif de soie caractéristique en zig-zag, le stabilimentum. Lorsqu'une proie est prise dans la toile, l'argiope l'emmaillote rapidement de soie puis lui injecte venin et sucs digestifs. D'origine méridionale, cette araignée connaît une expansion vers le nord de l'Europe depuis le début du 20ème siècle.

 

 

 

 

 Le karst 

Le karst désigne l'ensemble des formations résultant de l'érosion du calcaire (ou d'autres roches solubles) par l'eau. Les formation karstiques sont nombreuses dans les Préalpes de Grasse : gorges, dolines, lapiaz, grottes et avens ... En créant des conditions climatiques et géologiques très variées, le karst favorise la biodiversité. Il abrite de nombreuses espèces qui ne vivent que dans ces habitats.

 

LapiazDoline effondrée et lapiaz sur le plateau de Caussols. Le fond de ces dolines, très ombragé, constitue un habitat radicalement différent de la surface. On y trouve notamment du noisetier, du fusain à feuilles larges (Euonymus latifolius), du tilleul, ainsi que tout un cortège d'espèces plus rares.

 

 

 

 La Flore 

Famille : Amaryllidaceae

 

Narcissus provincialis

Le narcisse de Provence (Narcissus pseudonarcissus subsp. provincialis). Ce joli narcisse n'a été différencié du petit narcisse (Narcissus minor) que très récemment (2009). La plante est de petite taille avec de grosse fleurs jaunes monochromes. Elle est de floraison précoce (fin mars - début avril). Elle se rencontre ça et là dans les préalpes de Grasse, en sous bois de chênes pubescents et dans le lapiaz. Le narcisse de Provence figure sur la liste rouge nationale. Sa distribution, restreinte, semble limitée aux Préalpes de Grasse.

 

 

 

Famille : Aristolochiaceae

 

Aristolochia pallidaL'aristoloche pâle (Aristolochia pallida). Cette petite plante aux fleurs vertes en cornet pousse dans les pierrailles, les fissures du karst et sur le pourtour des dolines des plateaux calcaires des Préalpes. Elle constitue la plante-hôte des populations montagnardes de Diane (Zerynthia polyxena), papillon menacé et protégé dont on distingue les œufs sous la fleur de gauche sur cette photo. L'aristoloche pâle n'est présente en France que dans l'extrême sud-est. Son aire de répartition couvre l'Europe méridionale, l'Asie mineure et l'Afrique du nord.

 

 

 

Famille : Asteraceae

 

Cyanus semidecurrensLa centaurée semi-décurrente (Cyanus semidecurrens). Cette splendide centaurée est une grande plante aux fleurs de couleurs vives. Les feuilles se prolongent sur la tige (elles sont dites décurrentes). Les cils des bractées sont noirs, fins, environ aussi longs que la largeur de la bordure noire des bractées. Cette espèce de moyenne montagne du sud-est de la France se rencontre dans le lapiaz et en sous-bois clairs de chênes pubescents.

 

 

 

Famille : Asparagaceae

 

Hyacinthoides italicaLa scille d'Italie (Hyacinthoides italica). Cette jolie plante plante proche des jacinthes fleurit en mai, dans les stations ombragées du karst. Il s'agit d'une espèce locale, endémique liguro-provençale. Elle n'est présente en France que dans le Sud-Est.

 

 

 

Famille : Boraginaceae

 

Pulmonaria saccharataLa pulmonaire soupoudrée (Pulmonaria saccharata). Cette espèce montagnarde à floraison printanière est caractérisée par ses fleurs bleues et ses grandes feuilles parsemées de taches blanches. C'est une plante qui apprécie l'ombre et qui colonise souvent le fond des dolines effondrées dans le lapiaz. Elle est présente dans le sud-ouest des Alpes.

 

 

Asperugo procumbens

La rapette couchée (Asperugo procumbens). Cette plante aux fleurs discrètes possède un calice caractéristique, qui devient plat et foliacé lors de la fructification comme montré sur cette photo. Dans les Préalpes de Grasse, elle se rencontre parfois sur le fond ombragé de dolines effondrées. Cette espèce est présente en France surtout dans un tiers Sud-Est.

 

 

 

Famille : Celastraceae

 

Euonymus latifolius

Le fusain à feuilles larges (Euonymus latifolius). Cette belle plante se distingue du fusain d'Europe (Euonymus europaeus), beaucoup plus répandu, par ses capsules carénées. Dans les Préalpes de Grasse, c'est un arbuste caractéristique du lapiaz. Cette espèce très toxique se rencontre en France essentiellement dans le Sud-Est. Elle est protégée en région Midi-Pyrénées.

 

 

 

Famille : Dryopteridaceae

 

Dryopteris submontanaDryopteris mindshelkensis. Cette fougère d'un vert tendre est une spécialiste des fissures du lapiaz, en station ensoleillée. Rare en France métropolitaine, elle n'est présente que dans l'extrême Sud-Est et les Pyrénées.

 

 

 

Famille : Fabaceae

 

Cytisophyllum sessilifolium

Le cytise à feuilles sessiles (Cytisophyllum sessilifolium). Cette espèce forme des buissons dépassant le mètre de hauteur, couverts de fleurs jaunes. On la rencontre notamment dans les lieux secs aux abords des lapiaz. Présente en France essentiellement dans le Sud, ce cytise figure sur la liste rouge nationale. Il est protégé en région Champagne-Ardenne.

 

 

 

Famille : Iridaceae

 

Iris gramineaL'iris à feuilles de graminée (Iris graminea). En dehors de sa période de floraison (mai-juin), cet iris passe facilement inaperçu car ses feuilles ressemblent à celles de certaines graminées. Il pousse dans les fissures des dalles karstiques, vers 1000 m d'altitude. Cette espèce rare se rencontre dans le sud-ouest de la France, et dans les Alpes-Maritimes. Elle est protégée en région PACA. L'espèce est présente en Europe centrale et du sud.

 

 

 

Famille : Lamiaceae

 

Melittis melissophylumLa mélitte à feuilles de mélisse (Melittis melissophylum). Cette plante est l'une des plus spectaculaires de la famille des Lamiacées, avec ses grandes fleurs roses dépassant les 4 cm de long. Dans les Préalpes c'est une espèce typique du lapiaz, qui pousse dans les fissures abritées des dalles calcaires. Son feuillage, parfumé, peut être utilisé en infusion.

 

 

 

Famille : Liliaceae

 

Fritillaria montanaLa fritillaire d'Orient (Fritillaria montana). Cette plante s'identifie facilement à son aspect de petite "tulipe" aux fleurs sombres. Elle fleurit dans les pelouses karstiques en avril. Cette espèce possède une distribution très disjointe, du sud-est de la France au Caucase et à la Russie occidentale. Il s'agit d'une espèce rarissime en France, qui n'existe que dans une zone très restreinte. Elle bénéficie d'une protection au niveau national et est classée "vulnérable" par l'UICN. Si vous la rencontrez, admirez-la mais surtout ne la cueillez pas !

 

 

Fritillaria montanaFritillaire d'Orient (Fritillaria montana) et criocère du lis (Crioceris lilii).  Le criocère du lis est un petit coléoptère rouge vif qui consomme un grand nombre d'espèces de Liliacées, dont la fritillaire d'Orient.

 

 

Fritillaria tubiformisLa fritillaire du Dauphiné (Fritillaria tubiformis subsp. tubiformis). Cette fritillaire est rare et localisée dans les Préalpes de Grasse, bien que parfois abondante dans ses stations. Elle se distingue par ses grosses fleurs aux tépales carénés, d'une couleur rose grisâtre. Endémique des Alpes du sud (des Alpes-Maritimes au Tyrol), elle fleurit en mai-juin dans les pelouses rocheuses au-dessus de 1000 m d'altitude.

 

 

Fritillaria involucrataLa fritillaire à involucre (Fritillaria involucrata). Cette fritillaire est la troisième espèce du genre présente dans les Préalpes de Grasse. Beaucoup plus répandue que les deux précédentes, elle s'en distingue par ses grosses fleurs vertes sortant d'un involucre composé de trois feuilles. On la trouve ça et là dans le karst, et dans les sous-bois clairs de feuillus. C'est une espèce des Alpes méridionales.

 

 

 

Famille : Papaveraceae

 

Corydalis solidaLa corydale à bulbe plein (Corydalis solida). Cette espèce apprécie les situations abritées, au pied des taillis en bordure de lapiaz. On la distingue de Corydalis cava, espèce voisine, par ses bractées divisées (entières chez C. cava). Dans les préalpes de Grasse, cette corydale est la plante hôte du rare semi-apollon (Parnassius mnemosyne), papillon montagnard protégé. La corydale à bulbe plein est présente dans une majeure partie de la France.

 

 

 

Famille : Ranunculaceae

 

Delphinium fissumLa dauphinelle fendue (Delphinium fissum). Cette plante forme en juin-juillet des hampes violettes dépassant le mètre. En dehors de la période de floraison, on l'identifie à ses grandes feuilles molles divisées en fines lanières. Il s'agit d'une espèce rare, protégée en région PACA, qui pousse dans les zones rocailleuses du sud-est de la France. Cette espèce est présente de l'Europe méridionale jusqu'au Caucase et en Asie occidentale.

 

 

 

Famille : Rosaceae

 

Rosa ferrugineaLe rosier glauque (Rosa ferruginea). Plusieurs espèces de rosiers se rencontrent dans les Préalpes de Grasse. Le rosier glauque est l'une des plus jolies, avec ses fleurs d'un beau rose et ses feuilles d'un vert glauque bordées de pourpre. Cette espèce montagnarde se rencontre en France dans la moitié sud-est du pays. Elle est présente dans les montagnes d'Europe centrale et méridionale.

 

 

Rosa spinosissimaLe rosier pimprenelle (Rosa spinosissima = R. pimpinellifolia). Ce joli rosier de petite taille est commun dans le lapiaz. Ses fleurs sont blanches, et ses tiges sont couvertes d'aiguillons de différentes tailles. Présent dans une majeure partie de la France, le rosier pimprenelle se rencontre en Europe et en Afrique.

 

 

Potentilla micranthaLa potentille à petites fleurs (Potentilla micrantha). Cette petite potentille à l'allure de fraisier se distingue par ses feuilles velues et ses fleurs minuscules, souvent rosées. C'est une espèce caractéristique des bois secs à chêne pubescent de moyenne montagne. La floraison a lieu au printemps, dès le mois de mars. Cette espèce est présente dans une moitié sud-est de la France.

 

 

Drymocallis rupestris

La potentille des rochers (Drymocallis rupestris). Avec ses hautes tiges rouges (60 cm) et ses nombreuses grandes fleurs blanches, cette potentille ne passe pas inaperçue. Elle semble peu fréquente dans les Préalpes de Grasse, où on la rencontre localement dans les fissures du lapiaz. En France, cette belle espèce est surtout présente dans un quart Sud-Est, ainsi que dans les Pyrénées.

 

 

 

Famille : Thymelaeaceae

 

Daphne cneorumLa daphné camélée (Daphne cneorum). Cette petite plante rampante forme de magnifiques massifs de fleurs roses au parfum suave. On la rencontre au printemps dans les clairières de pins sylvestres, en moyenne montagne. Elle ressemble à la daphné striée (Daphne striata), beaucoup plus rare dans nos régions, qui s'en distingue notamment par ses fleurs et rameaux glabres et qui pousse à plus haute altitude. La daphné camélée se rencontre en Europe centrale et méridionale.

 

 

Daphne alpinaLa daphné des Alpes (Daphne alpina). Cette plante forme des buissons très rameux, qui se couvrent des fleurs blanches odorantes en mai-juin. Dans les Préalpes de Grasse, elle pousse presque exclusivement dans les fissures et les trous des dalles karstiques. Cette plante d'Europe centrale ne se rencontre en France que dans le sud-est.

 

 

 

 

 Les champignons et lichens 

 

Les Lichens

Famille : Parmeliaceae

 

Cetraria islandica

La mousse d'Islande (Cetraria islandica). Ce lichen des régions froides forme des touffes d'une dizaine de cm de diamètre à l'aspect crépu caractéristique. Le thalle sec, comme sur cette photo, évoque le cuir par sa couleur et sa texture. Il devient vert lorsqu'il est humide. Ce lichen est utilisé dans l'alimentation humaine et pour soigner les maux de gorge. Cette espèce montagnarde est présente localement dans les Préalpes, sur les pentes ombragées des dolines.

 

 

 

Famille : Peltigeraceae

 

Peltigera neckeri

Peligera neckeri. Ce lichen foliacé pousse au sol parmi les mousses, dans les lieux ombragés. Les apothécies noires en forme de doigt sont caractéristiques. Cette espèce est présente dans une grande partie de la France, de l'étage supraméditerranéen jusqu'à l'étage subalpin.

 

 

 

Famille : Rhizocarpaceae

 

Rhizocarpon geographicum

Rhizocarpon geographicum. Ce lichen est très caractéristique, avec sa mosaïque de cellules jaunes anguleuses sur fond noir. Très commun en France, il fréquente les rochers siliceux du niveau de la mer jusqu'aux hautes montagnes. Dans le karst, par nature très calcaire, on le rencontre uniquement sur les silex !

 

 

 

Famille : Verrucariaceae

 

Bagliettoa marmorea

Bagliettoa marmorea. Ce lichen rose est commun sur les blocs calcaires ensoleillés des Préalpes. Les dépressions circulaires visibles à la surface de ce lichen sont laissées par les périthèces, organes en forme d'outres servant à la reproduction sexuée, qui disparaissent après fructification.

 

 

 

 

 La Faune 

 

Amphibiens

Famille : Pelodytidae

 

Pelodytes punctatus

Le pélodyte ponctué (Pelodytes punctatus). Ce petit crapaud au museau aplati est parsemé de taches vertes, d'où son nom populaire de "crapaud persillé". Il est capable de survivre dans des milieux secs comme les plateaux karstiques en exploitant les fissures et les grottes (comme sur cette photo) pour se protéger. Essentiellement nocturne, le pélodyte peut cependant s'observer au printemps dans les mares, où les mâles chantent sous l'eau. L'aire de répartition de ce petit crapaud est restreinte à la France, l'Italie et la péninsule Ibérique. Considéré comme vulnérable en France, il est protégé au niveau national.

 

 

 

Orthoptères

Famille : Raphidophoridae

 

Dolichopoda azami

Le dolichopode Dauphinois (Dolichopoda azami). Cette étrange sauterelle aux pattes et antennes démesurées vit dans les cavités, naturelles ou non (on peut par exemple la rencontrer dans les caves des habitations). Elle est détritivore, un régime adapté à ces milieux très pauvres en nourriture. Cette espèce est présente dans les Alpes méridionales et en Ligurie. Quatre autres espèces de dolichopodes vivent en France, dont deux endémiques de Corse et une de la vallée de la Tinée.

 

 

 

Lépidoptères

Famille : Papilionidae

 

Zerynthia polyxenaLa Diane (Zerynthia polyxena). Ce splendide papillon habite le sud de l'Europe jusqu'à l'Asie Mineure. Il fréquente en général les vallons chauds parcourus par un cours d'eau, où pousse sa plante nourricière l'aristoloche ronde (Aristolochia rotunda). Dans les Préalpes de Grasse, la Diane se rencontre aussi dans le lapiaz et les dolines des plateaux calcaires au-dessus de 1000 m d'altitude, dans des milieux très secs, comme sur cette photo. Sa plante-hôte est alors l'aristoloche pâle (Aristolochia pallida). La Diane est un papillon intégralement protégé en France.

 

 

Zerynthia polyxenaChenille de Diane (Zerynthia polyxena) sur aristoloche pâle (Aristolochia pallida).

 

 

 

Famille : Riodinidae

 

Hamearis lucinaLa Lucine (Hamearis lucina). Seul représentant de sa famille en Europe, ce petit papillon au vol rapide fréquent les clairières ensoleillées du karst en mai-juin. Les mâles ont un comportement territorial marqué, et chassent tous les autres papillons qui pénètrent leur domaine. La chenille de la lucine se nourrit de diverses espèces de primevères. Ce papillon est présent en Europe jusqu'en Oural. En France, il se rencontre sur la majorité du territoire.

 

 

 

Famille : Hesperiidae

 

Pyrgus malvoidesLe tacheté austral (Pyrgus malvoides). Les membres de la famille des Hesperiidae sont de petits papillons au corps trapu recouvert d'une forte pilosité, et au vol rapide. De nombreuses espèces de détermination délicate sont présentes sur le territoire. Pyrgus malvoides constitue avec Pyrgus malvae un complexe d'espèces très semblables (voire une seule et même espèce), la première se rencontrant en France dans la moitié sud et la seconde dans la moitié nord. La série de taches diffuses à la marge des ailes et la tache blanche en forme de "dent" bien marquée sur les postérieures sont caractéristiques de ce papillon, qui vole tôt au printemps.

 

 

 

Mollusques

Famille : Helicidae

 

Macularia niciensisLa marbrée de Dupuy (Macularia niciensis subsp. dupuyi). Ce joli escargot possède une coquille d'environ 2 cm de diamètre, aplatie transversalement. Sa coloration est assez variable. Il se rencontre toujours dans des zones rocheuses fraîches (barres rocheuses, gorges, dolines effondrées, ...). Cet escargot protégé est présent en Ligurie et dans l'extrême sud-est de la France (Var, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes). Deux autres sous-espèces sont présentes dans les Alpes-Maritimes.

 

 

 

 

Famille : Chondrinidae

 

Chondrina megacheilos caziotana

Le maillot de Caziot (Chondrina megacheilos subsp. caziotana). Ce minuscule escargot ne dépasse pas 7 mm de long. Il se rencontre dans les mêmes milieux que l'espèce précédente, parfois en compagnie d'un troisième escargot localisé, le cochlostome du Verdon (Cochlostoma macei, voir ci-dessous). Le maillot de Caziot, espèce protégée au niveau national en France, est présent essentiellement dans les Alpes-Maritimes et déborde un peu dans les Alpes-de-Haute-Provence. Bien que localisé, il semble assez répandu dans les Préalpes de Grasse.

 

 

 

Famille : Megalomastomatidae

 

Cochlostoma maceiLe cochlostome du Verdon (Cochlostoma macei). Tout comme l'espèce précédente avec laquelle on le rencontre parfois, cet escargot mesure 6-7 mm de long. Il est également surtout présent dans les Alpes-Maritimes, ainsi que dans le Var et les Alpes-de-Haute-Provence. Dans les Préalpes de Grasse, il semble bien moins répandu que l'espèce précédente.

 

 

 

 

 

 Les coteaux secs 

Situées sur les adrets, ces zones sèches plus ou moins pentues assurent la transition entre les plaines et vallons d'une part, et les crêtes et plateaux d'autre part. Elles se caractérisent par la présence d'une strate arbustive bien développée (genêt cendré, prunellier, églantier, ...), avec çà et là des peuplements d'arbres (pin sylvestre, chêne pubescent, érable opale, charme-houblon à l'est du massif, ...). On trouve également des zones dégagées avec des prairies sèches, ainsi que localement des affleurements marneux.

 

 La Flore

Famille : Gentianaceae

 

Gentiana cruciataLa gentiane croisette (Gentiana cruciata). Cette gentiane possède des tiges assez hautes, de grandes feuilles luisantes, et de petites fleurs bleu pâle. Elle se rencontre ça et là, dans les clairières et prés en bordure de forêt. Dans les Préalpes de Grasse, cette espèce est la plante-hôte de l'azuré de la croisette (Maculinea alcon, écotype rebeli), papillon protégé. La gentiane croisette est présente dans une moitié est de la France.

 

 

 

Famille : Orchidaceae

Les espèces qui suivent se rencontrent dans les pelouses plus ou moins rocailleuses. Certaines préfèrent les terrains marneux légèrement humides.

 

Ophrys bertoloniiL'ophrys Aurélien (Ophrys bertolonii subsp. aurelia). Cet bel ophrys, rare, se rencontre surtout à basse altitude (floraison mi-avril) mais également dans les préalpes jusqu'à 1200 m d'altitude environ (floraison mi-mai). Cet ophrys est présent des Bouches-du-Rhône à la frontière italienne. Il est protégé en France au niveau national et classé par l'UICN comme "quasi-menacé".

 

 

Ophrys virescensL'ophrys petite araignée (Ophrys virescens). Cet ophrys précoce possède de petites fleurs pâles caractéristiques, au périanthe vert et au labelle bordé de jaune. Il apprécie les prairies marneuses en moyenne montagne. Présente de l'Espagne aux Balkans, cette orchidée se rencontre dans une majeure partie de la France mais reste rare dans certaines régions.

 

 

Ophrys sulcataL'ophrys sillonné (Ophrys sulcata = O. funerea). Cet ophrys de petite taille s'identifie à ses petites fleurs au labelle allongé, de coloration assez vive, divisé par un sillon basal marqué. Cette espèce peu commune se rencontre en plaine mais aussi en moyenne montagne, dans les prairies marneuses un peu humides. Elle est présente en Espagne, en France et en Italie. Dans notre pays, on la rencontre dans le sud, de la façade Atlantique à l'extrême sud-est.

 

 

Himantoglossum hircinumL'orchis bouc (Himantoglossum hircinum). Cette espèce spectaculaire compte parmi nos plus grandes orchidées. Le long labelle torsadé permet une identification immédiate. Sur le frais, les fleurs émettent un parfum pénétrant qui permet souvent de localiser la plante avant de la voir ! Cette orchidée apprécie les prairies calcaires, du niveau de la mer jusqu'en moyenne montagne. Espèce méditerraneo-atlantique, elle se rencontre dans une majeure partie de la France.

 

 

Orchis olbiensisL'orchis d'Hyères (Orchis olbiensis). Beaucoup moins répandue que l'orchis superbe (Orchis mascula subsp. speciosa) en compagnie duquel elle se rencontre parfois, cette orchidée s'en distingue par ses fleurs d'un rose lilas plus clair, à l'éperon long et recourbé, aplati à l'extrémité. Elle apprécie les terrains calcaires secs et souvent dégradés (garrigues pâturées, ...), jusqu'en moyenne montagne. La floraison à lieu en avril. Cette espèce se rencontre en Méditerranée occidentale, et en France uniquement sur la frange littorale.

 

 

Anacamptis papilionaceaLe grand orchis papillon (Anacamptis papilionacea subsp. expansa). Cette splendide orchidée ne peut être confondue, sauf avec l'orchis papillon (Anacamptis papilionacea subsp. papilionacea) présent en Corse qui possède un labelle replié en gouttière, souvent sans tirets pourpres. Relativement localisée mais parfois assez abondante chez nous, cette espèce méditerranéenne fleurit en mai. Elle se rencontre surtout près du littoral, mais atteint les 700 m d'altitude en certains points des Préalpes de Grasse. En France, elle est limitée à la bordure méditerranéenne.

 

 

 

 

 La Faune 

 

Reptiles

Famille : Viperidae

 

Vipera aspisLa vipère aspic (Vipera aspis). Cette vipère bien connue est présente en Europe de l'ouest, avec une aire centrée sur la France et l'Italie. Elle se rencontre partout en France (à l'exception de l'extrême nord), de la plaine à la montagne. Dans les Préalpes de Grasse l'espèce est commune mais discrète. La tête est de forme triangulaire et bien distincte du cou, ce qui la distingue de la très rare vipère d'Orsini.

 

 

 

Famille : Lacertidae

 

Lacerta bilineataLe lézard vert occidental (Lacerta bilineata). Ce lézard d'assez grande taille est très commun dans les pentes sèches et les pelouses rocailleuses en moyenne montagne. Les mâles au printemps arborent souvent une coloration bleue intense de la gorge. Cette espèce grimpe très bien et prend souvent le soleil dans un arbuste. Le lézard vert occidental, présent en Europe de l'Ouest, se distingue de son cousin le lézard vert (Lacerta viridis), qui peuple l'Est de l'Europe, par les deux bandes claires qui ornent le dos des juvéniles.

 

 

 

Famille : Anguidae

 

Anguis fragilisL'orvet fragile (Anguis fragilis) / l'orvet de Vérone (Anguis veronensis). Les orvets sont des lézards à pattes atrophiées, bien connus des jardiniers car ils se réfugient souvent dans les tas de compost. Cinq espèces sont présentes en Europe, dont deux en France (A. fragilis et A. veronensis). L'orvet de Vérone, distribué en Italie et dans le sud-est de la France (Alpes-Maritimes), n'a été séparé de manière indubitable d'A. fragilis qu'en 2013 sur la base d'analyses génétiques. Les critères morphologiques semblent peu fiables pour distinguer les deux espèces, dont la répartition dans le Sud-Est de la France est mal connue. On rencontre les orvets dans des milieux assez divers, y compris sur les plateaux calcaires. Ils ne doivent pas y être confondus avec le seps strié (Chalcides striatus), également bien présent, beaucoup plus rapide dans ses déplacements et possédant des pattes résiduelles.

 

 

 

Lépidoptères

Famille : Lycaenidae

 

Thecla betulaea

La thécla du bouleau (Thecla betulae). Cette belle thécla se distingue facilement des autres espèces du genre par son revers orangé. Ce papillon à tendance arboricole est difficile à rencontrer et les observations dans les Alpes-Maritimes sont peu nombreuses. En dépit de son nom, la thécla du bouleau se reproduit dans la région sur le prunellier. Distribuée de l'Europe à la Chine, elle est présente dans une majeure partie de la France.

 

 

Polyommatus daphnisL'azuré de l'orobe (Polyommatus daphnis). Cette splendide espèce se reconnaît à la marge ondulée de l'aile postérieure. Ce caractère est plus marqué chez les femelles, dont le recto peut être brun ou partiellement bleu comme sur cette photo. L'azuré de l'orobe se rencontre dans les prairies sèches, avec un optimum vers 1000 m d'altitude. C'est un papillon peu commun, présent en France dans un quart sud-est.

 

 

Polyommatus ripartii

Le sablé Provençal (Polyommatus ripartii). Cette espèce possède un dessus brun chez les deux sexes et une strie blanche au revers. Elle se distingue du sablé du sainfoin (P. damon) par la présence de motifs résiduels près de la marge des ailes, et par la disposition des points sur le verso des postérieurs, avec un point décalé près de l'angle anal de l'aile (les points sont alignés chez P. damon). Ce sablé affectionne les prairies sèches fleuries. Il est présent dans le sud de l'Europe, les Balkans et jusqu'au Kazakhstan. En France, il ne se rencontre que dans quelques départements du Sud-Est.

 

 

Polyommatus icarusL'argus bleu (Polyommatus icarus). Ce lycène est l'un des papillons les plus communs en Europe. Il se distingue par sa petite taille et son dessus violacé (chez le mâle). L'individu photographié ici a été trouvé mort dans cette curieuse posture ...

 

 

Callophrys rubiL'argus vert (Callophrys rubi). Ce joli petit papillon d'un vert brillant ne peut pas être confondu, sauf avec une espèce voisine aux yeux cerclés de roux, la thécla de l'arbousier (Callophrys avis) qui est beaucoup plus rare et se rencontre dans des milieux très différents (maquis à arbousier). L'argus vert, très commun, est l'un des premiers papillons à voler au printemps dans les moyennes montagnes du sud-est. Il est présent dans toute l'Europe et en Afrique du Nord.

 

 

Lysandra bellargusL'azuré bleu céleste (Lysandra bellargus). Le mâle de cette espèce (à droite) possède un recto d'un bleu brillant, tandis que le verso est brun clair avec une suffusion d'écailles bleues à la base de l'aile postérieure. Le verso des ailes de la femelle (à gauche) est plus sombre. La frange blanche des ailes est entrecoupée de noir chez les deux sexes. Ce papillon est répandu dans les pelouses sèches jusqu'à 2000 m d'altitude. Il se rencontre dans une majeure partie de la France.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Nymphalinae

 

Melitaea parthenoidesLa mélitée de la lancéole (Melitaea parthenoides). Cette espèce de petite taille est présente dans le sud-ouest de l'Europe. En France, elle se rencontre dans la presque totalité du territoire.

 

 

Cinclidia phoebeLa mélitée des centaurées (Melitaea phoebe). Cette mélitée possède une ornementation contrastée, avec l'une des lunules oranges dans la marge des ailes antérieures nettement plus grande que les autres. Elle est largement répandue de l'Afrique du nord à la Chine, et dans la majeure partie du territoire Français.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Heliconiinae

 

Boloria diaLa petite violette (Boloria dia). Cette jolie espèce se reconnaît à l'ornementation délicate de son revers, avec notamment une large bande pourpre. Elle vole au printemps dans les clairières fleuries et les bosquets clairs. Les chenilles se nourrissent de diverses espèces de violettes, d'où le nom commun de ce papillon. Il est répandu de l'Europe jusqu'en Mongolie.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Satyrinae

 

Brintesia circeLe silène (Brintesia circe). Cette espèce est notre plus grand Satyrinae, et l'un de nos plus grands papillons. Le dessus, visible en vol, est brun avec une large bande blanche s'étendant sur les deux ailes. Le silène se pose souvent ailes repliées sur le tronc des arbres, où son mimétisme le rend difficile à repérer. Ce papillon du sud de l'Europe est présent partout en France à l'exception du nord-ouest.

 

 

Erebia triariusLe moiré printanier (Erebia triarius). Ce moiré se rencontre dans les Préalpes de Grasse au printemps, dans les clairières de pins sylvestres. Il présente une belle série d'ocelles pupillées de blanc aux ailes antérieures et postérieures. Le moiré printanier est présent dans les Pyrénées et les Alpes.

 

 

Neohipparchia statilinuSLe faune (Neohipparchia statilinus). Ce Satyrinae méridional d'assez grande taille apprécie les lieux secs et fleuris, où on le rencontre à partir de la fin juillet. Le motif des ocelles sur le revers est caractéristique. Présent dans le sud de l'Europe, la Turquie et l'Afrique du Nord, ce papillon se rencontre en France dans la moitié Sud-Ouest.

 

 

Chazara briseisL'hermite (Chazara briseis). L'hermite appartient à la sous-famille des Satyrinae, qui comprend des papillons aux teintes brune et blanche, très mimétiques lorsqu'ils replient leurs ailes. Ce papillon méridional, localisé, apprécie les lieux secs et pierreux où il se pose souvent au sol. Sur cette photo, la femelle est à gauche et le mâle à droite. Cette espèce peuple le pourtour méditerranéen, puis s'étend à l'est jusqu'en Chine. En Europe, les populations sont isolées et l'espèce est en forte régression. En France, ce papillon est classé par l'UICN comme "vulnérable" au niveau national, et "en danger" au niveau régional.

 

 

Coenonympha dorusLe fadet des garrigues (Coenonympha dorus). Les fadets sont des Satyrinae de petite taille, qui se reconnaissent à leur revers orné d'ocelles et de bandes d'aspect métallique. Le fadet des garrigues est une espèce méridionale restreinte à l'Europe de l'ouest (Espagne, sud de la France, ouest de l'Italie) et au nord-ouest de l'Afrique.

 

 

Coenonympha pamphilusLe Procris (Coenonympha pamphilus). Ce fadet se distingue des autres membres du genre par l'absence de bande métallique et d'ocelles au verso des ailes postérieures. Cette espèce est très commune à la fin de l'été. Elle est présente dans la majorité de l'Europe et en Afrique du Nord.

 

 

 

Famille : Zygaenidae

 

Zygaena erythrus

La zygène rubiconde (Zygaena erythrus). Cette espèce de grande taille se distingue par ses trois bandes rouges et surtout par la présence d'écailles rouges sur la marge interne des ailes, près du thorax. Elle vole dans les prairies fleuries en juillet-août. De distribution restreinte (Italie et France), cette zygène n'est présente, en France, que dans le Sud-Est.

 

 

Zygaena viciae charonLa zygène des Thérésiens (Zygaena viciae subsp. charon). Présente dans une moitié est de la France, Zygaena viciae possède d'ordinaire cinq taches rouges sur les ailes antérieures. La sous-espèce charon, restreinte en France aux Alpes méridionales, se distingue par la présence de six taches. On peut la rencontrer dans les Préalpes de Grasse au mois de juin.

 

 

Zygaena romeoLa zygène de la gesse (Zygaena romeo). Assez proche de Zygaena nevadensis, cette espèce s'en distingue par sa taille plus grande et ses ailes bien moins translucides, en particulier au niveau de la bande noire des ailes postérieures. Elle est également plus tardive, avec une éclosion en juin. Elle est présente dans une moitié Sud de la France.

 

 

Zygaena lotiLa zygène du lotier (Zygaena loti). Cette zygène s'identifie notamment aux deux taches du bout de l'aile antérieure qui fusionnent. Elle se rencontre en terrain calcaire, dans une majeure partie de la France à l'exception de la Bretagne.

 

 

 

Famille : Erebidae

 

Amata phegeaLe sphinx du pissenlit (Amata phegea). Ce papillon, qui évoque une zygène par sa forme, appartient à une famille différente. Il se reconnaît au motif noir et blanc de ses ailes et à son abdomen cerclé d'un anneau jaune. Une espèce proche, la syntomie Tyrolienne (Amata marjana), ne serait pas présente dans les Alpes-Maritimes. Le sphinx du pissenlit vole en été dans les pentes sèches de l'étage montagnard, où il est souvent localisé mais abondant dans ses stations. Il est présent en France dans le Sud-Est.

 

 

 

Famille : Adelidae

 

Nemophora metallicaL'adèle de la scabieuse (Nemophora metallica). Les Adelidae sont de minuscules lépidoptères aux couleurs métalliques et aux antennes démesurées. Nemophora metallica possède des ailes uniformément dorées et une touffe de poils roux sur la tête. Les antennes sont bicolores, noires et blanches. On observe généralement cette espèce sur les scabieuses et knauties dont sa chenille se nourrit. Elle est répandue en France et en Europe.

 

 

 

Phasmidés

Seules trois espèces de phasmes sont présentes dans l'Hexagone, essentiellement en région méditerranéenne. Très mimétiques et surtout nocturnes, les phasmes sont difficiles à observer.

 

Famille : Diapheromeridae

 

Pijnackeria masettiiLe phasme Espagnol (Pijnackeria masettii). Ce phasme se reconnait à sa petite taille (55 mm sans les pattes), ses antennes courtes et à la fine ligne blanche le long du corps. En France, cette espèce se reproduit par parthénogénèse et seules les femelles sont présentes. Dans les Préalpes de Grasse, ce phasme consomme le genêt cendré (Genista cinerea) plutôt que sa plante-hôte habituelle, la Fabacée Dorycnium pentaphyllum. Cette espèce est présente en France uniquement le long du littoral méditerranéen.

 

 

 

Orthoptères

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Gomphocerinae

 

Chorthippus dorsatus

Le criquet vert-échine (Chorthippus dorsatus subsp. dorsatus). Le mâle de cette espèce est souvent verdâtre avec le dessus de l'abdomen teinté de rouge. Les carènes du pronotum sont presque rectiligne. Cette espèce peu exigente est présente dans une majeure partie de la France.

 

 

Chorthippus biggutulus

Le criquet mélodieux (Chorthippus biggutulus). Ce petit criquet est présent dans toute la France. Il appartient à un groupe d'espèces difficiles à identifier, en particulier les femelles.

 

 

Euchorthippus declivusLe criquet des bromes (Euchorthippus declivus). Le mâle de cette espèce, photographié ici, est de petite taille avec un abdomen à l'extrémité pointue caractéristique. Le criquet des bromes apprécie les prairies sèches et rocailleuses, où il est souvent extrêmement abondant. Cette espèce est commune dans une majeure partie de l'Europe.

 

 

Stenobothrus lineatusLe sténobothre de la palène (Stenobothrus lineatus). Cette espèce répandue se reconnaît notamment à la stigma bien visible en forme de virgule blanche, situé au début du dernier tiers de l'élytre. Les femelles de cette espèce sont parfois très colorées. Ce criquet est présent dans une majeure partie de la France.

 

 

 

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Catantopinae

 

Pezotettix giornaeAccouplement de criquets pansus (Pezotettix giornae). Ce tout petit criquet d'un peu plus d'un cm de long se reconnaît à sa couleur grise, ses gros yeux et ses ailes très réduites. Il est présent sur tout le pourtour méditerranéen. En France, il se rencontre dans la moitié sud du pays.

 

 

 

 

 Les milieux humides 

Les Préalpes de Grasse sont parcourues par plusieurs rivières magnifiques (la Siagne, le Loup, la Cagne et l'Estéron), dont les eaux sont encore globalement peu polluées. Les gorges creusées par ces rivières constituent un trésor paysager et biologique, avec une biodiversité remarquable.

 

SiagneLa haute Siagne. Cette rivière, encore sauvage et non polluée dans le haut de son cours, constitue un écosystème remarquable qui abrite de nombreuses espèces dont l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes). Elle alimente également en eau potable les communautés de la côte.

 

 

 

 

 La Faune 

 

Mammifères

Famille : Vespertilionidae

 

Eptesicus serotinusLa sérotine commune (Eptesicus serotinus). La région PACA est particulièrement riche en chiroptères, puisque 30 des 34 espèces Françaises y sont présentes. La sérotine commune est une espèce de taille relativement importante (37 cm d'envergure), à la fourrure brune et à la peau noire. Répandue de l'Europe à l'Asie du Sud-est, elle est présente sur l'intégralité du territoire Français.

 

 

 

Reptiles

Famille : Natricidae

 

Natrix mauraLa couleuvre vipérine (Natrix maura). Cette couleuvre fait partie, avec la couleuvre helvétique (Natrix helvetica), des deux espèces Françaises de serpents pouvant mener une vie entièrement aquatique. Elle se nourrit d'amphibiens et de poissons. Totalement inoffensive pour l'homme, elle est parfois confondue avec une vipère (qui ne s'observe pourtant jamais dans l'eau) et détruite. Elle est cependant protégée sur l'ensemble du territoire national, et classée par l'UICN comme "quasi menacée". La couleuvre vipérine se rencontre en Europe de l'ouest et en Afrique du nord.

 

 

Natrix helveticaLa couleuvre helvétique (Natrix helvetica). Jusqu'en 2017, cette espèce commune en France était désignée sous le nom de couleuvre à collier (Natrix natrix). Suite à une étude génétique approfondie, il a été déterminé que les populations Françaises doivent être désignées sous le nom de Natrix helvetica (Natrix natrix se rencontrant en Europe plus au nord et à l'est). Cette couleuvre se distingue de la couleuvre vipérine (Natrix maura) par sa couleur grise, et le motif noir et blanc ("collier") à la base du cou. Très répandue en France, elle paraît cependant moins fréquente dans les Préalpes que la couleuvre vipérine. Les deux espèces cohabitent dans certaines rivières, comme la Siagne. La couleuvre helvétique se rencontre en Grande-Bretagne, Pays-Bas, Allemagne, Suisse, Italie et France.

 

 

 

Amphibiens

Famille : Bufonidae

 

Bufo spinosusLe crapaud épineux (Bufo spinosus). Ce crapaud a récemment été élevé au rang d'espèce. La France compte désormais deux espèces proches, le crapaud commun (Bufo bufo) présent surtout dans la moitié nord-est, et Bufo spinosus dans la moitié sud-ouest. La répartition exacte des deux espèces reste mal connue. Bufo spinosus s'identifie à ses glandes parotoïdes nettement divergentes (sub-parallèles chez B. bufo), à la taille plus grande du tubercule métatarsal, et à la peau épineuse chez les femelles. De plus, les femelles B. spinosus atteignent de très grandes tailles (> 10 cm). Dans les Préalpes de Grasse, ce crapaud affectionne les berges des rivières, mais on peut également le rencontrer dans des milieux secs comme les plateaux calcaires, où il se réfugie dans les crevasses du karst et les dolines effondrées.

 

 

 

Crustacés

Famille : Astacidae

 

Austropotamobius pallipesL'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes). Cette écrevisse indigène est en forte régression en France du fait de la disparition des cours d'eau non pollués. Elle est encore présente chez nous dans les rivières limpides comme la Siagne et le Loup. Cette espèce de l'ouest de l'Europe est classée comme menacée par l'UICN.

 

 

 

Odonates

Famille : Libellulidae

 

Orthetrum brunneumL'orthétrum brun (Orthetrum brunneum). Cette libellule possède un corps aplati entièrement recouvert d'une pruine bleue grisâtre. Elle se distingue d'une espèce proche également présente dans ces milieux, l'orthétrum bleuissant (O. coerulescens), par son thorax bleu et non brun et sa face claire. On peut l'observer dans différents types de milieux : mares, rivières rapides, ... En France, cette espèce est présente sur la majeure partie du territoire.

 

 

Famille : Cordulegastridae

 

Cordulegaster boltoniiLe cordulégastre à front jaune (Cordulegaster boltonii). Cette grande libellule noire et jaune apprécie les cours d'eau rapides. Elle est présente dans une majeure partie de la France et de l'Europe.

 

 

 

Famille : Gomphidae

 

Onychogomphus uncatusLe gomphe à crochets (Onychogomphus uncatus). Plus petite que l'espèce précédente, cette libellule fréquente les mêmes milieux. Elle est très semblable au gomphe à pinces (Onycogomphus forcipatus), qui présente notamment un trait jaune entre les deux yeux. Le gomphe à crochets est présent en France dans la moitié sud, où il est assez commun.

 

 

 

Famille : Calopterygidae

 

Calopteryx virgoLe caloptéryx vierge méridional (Calopteryx virgo meridionalis). Ces magnifiques insectes ornent de leur vol papillonnant la plupart de nos rivières de basse altitude. Le mâle, représenté ici, possède un corps vert brillant et des ailes bleu nuit. La femelle est d'un vert jaunâtre. La sous-espèce meridionalis, présente dans une majeure partie de la France à l'exception du tiers Nord, se distingue par des ailes entièrement bleues (y compris l'extrémité).

 

 

Calopteryx haemorrhoidalisLe caloptéryx méditerranéen (Calopteryx haemorrhoidalis). Très proche de l'espèce précédente, qu'il côtoie souvent, ce Calopteryx s'en distingue par le corps et les ailes d'un pourpre intense chez le mâle. Le dessous des derniers segments de l'abdomen présentent une coloration rose "flashy" (photo ci-dessous), que le mâle exhibe à la femelle lors de la parade nuptiale. Le caloptéryx méditerranéen est présent dans une moitié sud de la France.

 

 

 

Plécoptères

Famille : Perlidae

 

Dinocras cephalotesPerle (Dinocras cephalotes). Les perles sont des insectes dont les larves mènent une vie aquatique, souvent cachés sous les galets dans les rivières au courant rapide. Les adultes, qui volent au ras de l'eau, sont abondamment consommés par les truites (et utilisés comme appâts par les pêcheurs). Ces insectes très exigeants sont d'excellents indicateurs de la qualité de l'eau. De nombreuses espèces sont présentes en France, dont quelques-unes de grande taille (4 cm pour l'individu sur cette photo). Dinocras cephalotes est assez répandue dans notre pays.

 

 

 

Lépidoptères

Famille : Lycenidae

 

Satyrium esculiLe thécla du kermès (Satyrium esculi). Les théclas se distinguent généralement par de petites queues sur les ailes postérieures. Cette espèce possède une série de taches submarginales oranges bien nettes, et une ligne blanche marginale peu marquée. La chenille se nourrit de chêne kermès ou de chêne vert. Dans les Préalpes, ce papillon se rencontre notamment dans les gorges comme celles de la Siagne. Le thécla du kermès est présent dans la péninsule Ibérique, le sud de la France, et en Afrique du Nord.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Apaturinae

 

Apatura iliaLe petit mars changeant (Apatura ilia). Ce splendide papillon d'assez grande taille s'identifie à son vol puissant et nerveux, et surtout au reflet violacé intense visible uniquement sous un certain angle. Ce reflet est dû à la structure périodique tridimensionnelle des écailles, qui apparentent ce papillon à un réseau de diffraction volant. Peu commun dans notre région, ce papillon se rencontre dans certaines vallées en bordure de rivière où poussent ses plantes hôtes (peupliers et saules). Les Apatura sont attirés par les fruits en décomposition et les excréments. Le petit mars changeant peuple une grande partie de l'Europe, le Caucase et l'Oural jusqu'en Chine.

 

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Satyrinae

 

Hipparchia fidiaLe chevron blanc (Hipparchia fidia). Ce Satyrinae méridional apprécie normalement les lieux secs et pierreux où il se pose fréquemment au sol. Cependant, il ne dédaigne pas s'approcher de l'eau, comme par exemple dans les gorges de la Siagne où a été prise cette photo. On reconnaît le chevron blanc à son revers clair orné d'une ligne noire en zig-zag. Le dessus est d'un brun cendré uniforme. Cette espèce est présent en Europe de l'ouest (Péninsule Ibérique et France, Alpes maritimes Italiennes) et en Afrique du Nord. En France, ce papillon localisé est présent dans la zone Méditerranéenne, où il suit la distribution de l'olivier.

 

 

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Libytheinae

 

Libythea celtisL'échancré (Libythea celtis). Ce curieux papillon est le seul représentant de sa sous-famille (Libytheinae) en Europe. Son nom vernaculaire fait référence à la forme très découpée des ailes antérieures. Cette espèce est inféodée au micocoulier (Celtis australis). Les femelles d'échancré peuvent être observées en avril pondant sur les fleurs de cet arbre. Dans les Préalpes de Grasse, l'échancré est souvent observé dans les gorges (Siagne, Loup) au mois de juin. Ce papillon est présent, en France, uniquement dans le sud-est.

 

 

 

Famille : Papilionidae

 

Iphiclides podaliriusLe flambé (Iphiclides podalirius). Ce magnifique voilier fait partie, avec le Machaon (Papilio machaon), des deux grandes espèces de Papilionidés encore communément observées en Provence (mais en régression). Il ne faut pas le confondre avec l'Alexanor (Papilio alexanor), beaucoup plus rare, qui possède une teinte plus jaune et un motif de rayures différent, ainsi que l'extrémité des antennes blanches. La chenille du Flambé se nourrit des feuilles du prunellier ainsi que de divers arbres cultivés de la familles des Rosacées comme l'amandier. Le flambé s'observe en général dans les prairies sèches, mais aussi dans les gorges où il vient s'abreuver sur les suintements marneux, comme sur cette photo. Présent dans presque toute la France, ce papillon est répandu en Eurasie mais en cours de raréfaction dans de nombreuse régions d'Europe.

 

 

 

Famille : Crambidae

 

Cydalima perspectalisLa pyrale du buis (Cydalima perspectalis). Ce joli petit papillon d'allure délicate est en fait un redoutable ravageur qui s'attaque au buis (Buxus sempervirens). Originaire d'Asie orientale, cette espèce est arrivée en France en 2008 et a depuis colonisé la majeure partie du territoire. Avec trois générations annuelles, les chenilles boulottent l'intégralité des feuilles des buis dont la plupart meurent. Dans les Préalpes de Grasse, cette espèce a notamment décimé les forêt de buis des Gorges de la Siagne et du Loup, et se répand maintenant sur les plateaux.

 

 

 

Famille : Saturniidae

 

Saturnia pyriChenille de grand paon de nuit (Saturnia pyri). Ce magnifique papillon nocturne est le plus grand d'Europe, avec une envergure atteignant 15 cm. La chenille consomme de nombreuses plantes de la famille des rosacées (amandier, pommier, prunier, ...) ainsi que d'autres espèces. Les mâles de grand paon de nuit sont capables de détecter les femelles à plusieurs kilomètres de distance. Cette espèce se rencontre dans le sud et l'ouest de l'Europe, et dans une grande partie de la France où elle semble en régression.

 

 

 

Famille : Erebidae

 

Lymantria disparChenille du bombyx disparate (Lymantria dispar). Si ce petit papillon nocturne est assez anodin, sa chenille est spectaculaire avec sa rangée de pustules bleues et rouges sur le dos. Malgré ses soies raides, cette chenille n'est pas urticante et peut être prise en main. Le bombyx disparate connaît cycliquement des épisodes de pullulation, au cours desquels il peut ravager des forêts entières (en particulier de chêne vert et chêne liège). Au cours de ces épisodes, on observe parfois une prolifération conjointe des ses prédateurs, comme par exemple le grand calosome (Calosoma sycophanta).

 

 

 

Coléoptères

Famille : Cerambycidae

 

Saperda punctataLe saperde turquoise (Saperda punctata). Cette magnifique espèce, d'assez petite taille (corps de 13 à 20 mm), se rencontre généralement à proximité des ormes dans lesquels se développe sa larve. Répandue à travers l'Europe, elle est souvent en régression du fait de la disparition des ormes causée par le champignon Graphium ulmi.

 

 

 

 

 La Flore 

Famille : Aspleniaceae

 

Asplenium scolopendriumLa fougère scolopendre (Asplenium scolopendrium). Cette belle fougère forme des touffes de frondes longues et étroites atteignant 60 cm de long. L'extrémité fourchue de la fronde représentée ici est très inhabituelle ! Cette espèce affectionne les sous-bois et pentes ombragées, souvent dans les gorges. Relativement peu commune, elle est protégée en région PACA.

 

 

 

Famille : Marchantiaceae

 

Marchantia polymorphaL'hépatique des fontaines (Marchantia polymorpha). Cette bryophyte tapisse les rochers ombragés en bordure de rivière, dans les gorges de la Siagne notamment. La plante possède deux modes de reproduction : sexué et asexué. Dans le mode sexué, les gamètes sont produits dans de curieuses structures rappelant un palmier. Les structures mâles et femelles sont différentes et portés par des plantes distinctes (on voit sur cette photo des structures femelles, les mâles évoquant plus un entonnoir). Dans le mode asexué, des "propagules" sont stockées dans des coupelles, dont on peut voir un exemple sur cette photo. Une fois éjectée, la propagule peut se développer et former un clône de la plante d'origine. L'hépatique des fontaines est présente dans une majeure partie de la France.

 

 

On trouve également, dans les plaines argileuses qui séparent les plateaux, des prairies humides parfois parcourues par des ruisseaux permanents. Ces milieux fragiles sont souvent menacés car utilisés par l'homme de manière intensive.

 

plaine de CausssolsPrairie humide et mare permanente. Ces milieux, particulièrement rares et fragiles, hébergent une grande biodiversité dont bon nombre d'espèces rares et menacées.

 

 

 

 

 La Flore 

Famille : Amaryllidaceae

 

 

Narcissus poeticusLe narcisse des poètes (Narcissus poeticus). Ce narcisse forme des grandes populations dans les praires humides du fond de certaines vallées de moyenne montagne. On le trouve également ça et là dans les fissures du karst. La floraison à lieu au début du mois de mai. Il est aussi présent à plus basse altitude, dans les massifs côtiers cristallins comme l'Estérel, où il fleurit vers la mi-mars. Cette espèce est présente en Europe centrale.

 

 

 

Famille : Apiaceae

 

Heracleum mantegazzianumLa berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum). Cette ombellifère géante atteint les 4 m de hauteur ! Les grandes feuilles sont très découpées et les ombelles possèdent de très nombreux rayons. Il s'agit d'une plante invasive, introduite en Europe à des fins horticoles. La sève de cette plante est phototoxique, et peut provoquer des brûlures graves. Elle se rencontre sur les berges des lacs et des rivières. Dans les Préalpes de Grasse, elle semble surtout présente dans la vallée de Thorenc. Des programmes sont en cours pour tenter d'éradiquer cette plante envahissante, dont il est très difficile de se débarrasser.

 

 

 

Famille : Asteraceae

 

Klasea lycopifoliaLa serratule à feuilles de chanvre d'eau (Klasea lycopifolia). Cette serratule se distingue par sa tige dressée atteignant 80 cm portant un unique capitule. Les feuilles caulinaires sont très fortement divisées, tandis que les feuilles basales sont ovales et dentées, avec seulement la base divisée. Elle trouve son optimum dans les prairies de fauche de moyenne montagne, souvent humides. Il s'agit d'une plante rare, présente en France dans les Hautes-Alpes et les Alpes-Maritimes uniquement. Classée comme "vulnérable" par l'UICN, elle bénéficie d'une protection nationale. Sur cette photo, le capitule de la plante a été utilisé comme affut par une araignée Napoléon (Synema globosum) qui a capturé une abeille.

 

 

 

Famille : Ophioglossaceae

 

Ophioglossum vulgatumL'ophioglosse commun (Ophioglossum vulgatum). Cette plante à l'aspect curieux appartient à une famille de fougères primitives qui compte deux autres membres en région PACA, l'ophioglosse des Açores (Ophioglossum azoricum) et l'ophioglosse du Portugal (Ophioglossum lusitanicum). Elle affectionne les prairies humides sur calcaire, où on la rencontre souvent en association avec le narcisse des poètes (Narcissus poeticus) et l'orchis à feuilles larges (Dactylorhiza majalis subsp. majalis). Cette espèce rare et discrète est protégée en région PACA. Elle possède une vaste distribution mondiale (Europe, Asie, Amérique du nord).

 

 

 

Famille : Orchidaceae

 

Dactylorhiza majalisL'orchis à feuilles larges (Dactylorhiza majalis subsp. majalis). Cette orchidée se reconnaît à son port trapu, ses fleurs d'un violet foncé et ses larges feuilles tachetées de noir. Dans les Préalpes, elle fréquente les prairies humides des fonds de vallées, souvent en compagnie du narcisse des poètes (Narcissus poeticus). La floraison a lieu à la fin du mois de mai. Cette orchidée est présente dans une majeure partie de l'Europe (hormis les régions méditerranéennes) où elle est en régression du fait de la disparition des zones humides.

 

 

Epipactis palustrisL'épipactis des marais (Epipactis palustris). Cette orchidée spectaculaire détonne dans le genre Epipactis, où les espèces ont des fleurs généralement peu ouvertes et verdâtres. Comme son nom l'indique, il s'agit exclusivement d'une plante de milieux humides : prairies humides, berges de rivières, ... Cette espèce Européenne possède une distibution assez vaste, mais est généralement rare.

 

 

 

 

 La Faune 

 

Odonates

Famille : Lestidae

 

Sympecma fuscaLe leste brun (Sympecma fusca). Cette petite espèce se caractérise par des couleurs ternes chez les deux sexes. On la rencontre notamment dans les mares des Préalpes, vers 1000 m d'altitude. Les membres du genre Sympecma  (deux espèces en France) sont les seuls à passer l'hiver sous forme imaginale. Le leste brun est présent dans une majeure partie de la France.

 

 

 

Famille : Libellulidae

 

Sympetrum meridionaleLe sympétrum méridional (Sympetrum meridionale). Cet odonate se différencie d'espèces du même genre par ses pattes jaunes et noires, son corps rouge (chez le mâle) et la couleur brune uniforme du thorax. Dans les Préalpes, il fréquente souvent les mares. Les petites billes rouges fixées sur les ailes sont en fait des larves d'acariens aquatiques du genre Arrenurus, qui parasitent l'insecte. Sympetrum meridionale semble particulièrement sensible à ces hôtes encombrants !

 

 

 

Lépidoptères

Famille : Nymphalidae  /  Sous-Famille : Nymphalinae

 

Melitaea diaminaLa mélitée noirâtre (Melitaea diamina). Cette espèce se distingue par sa couleur beaucoup plus sombre que celle des autres membres du genre. Elle apprécie les prairies humides de moyenne montagne. Largement répandu dans le centre, le sud et l'est de l'Europe, ce papillon est présent en France dans une grande moitié Sud-Est.

 

 

 

Orthoptères

Famille : Tettigonidae  /  Sous-Famille : Tettigoninae

 

Roeseliana roeseliiLa decticelle bariolée (Roeseliana roeselii). Cette petite espèce possède des lobes latéraux du pronotum souvent noirs et bordés de vert. Dans les Préalpes, cette espèce se rencontre dans les prairies un peu humides. La decticelle bariolée est présente dans l'ensemble du territoire national.

 

 

 

Famille : Tetrigidae

 

Tetrix subulataLe tétrix riverain (Tetrix subulata). Ce criquet minuscule se rencontre dans les zones humides, par exemple les berges des mares, souvent en compagnie du tétrix déprimé (Tetrix depressa). On le rencontre jusqu'à 1000 m d'altitude environ. Il est présent dans une grande partie de la France, mais plus rare sur le littoral méditerranéen.

 

 

 

 

 Les milieux rupestres 

Le relief très accentué des Préalpes de Grasse comporte de nombreuses falaises et zones rocailleuses pentues. Ces milieux servent souvent de refuge pour des espèces fragiles, comme le faucon pélerin (Falco peregrinus) et l'aigle royal (Aquila chrysaetos) qui y nichent, et de nombreuses espèces végétales.

 

falaise de CalernLa falaise de Calern.

 

 

 

 La Flore

Famille : Asteraceae

 

Leucanthemum burnatiiLa marguerite de Burnat (Leucanthemum burnatii). Cette belle marguerite s'identifie notamment à ses feuilles linéaires. Elle peuple les pelouses sèches, rocailles et falaises calcaires. Cette espèce est endémique du Sud-Est de la France.

 

 

 

Famille : Brassicaceae

 

Brassica montanaLe chou de Robert (Brassica montana). Ce chou pousse dans les falaises calcaires, souvent à proximités des gorges. Il fleurit en mars-avril, formant de spectaculaires hampes florales qui atteignent le mètre. Restreinte en France à une poignée de départements du littoral méditerranéen, cette espèce est protégé en PACA. Le chou de Robert se rencontre du nord-est de l'Espagne au sud de l'Italie.

 

 

Aethionema saxatileL'aethionème des rochers (Aethionema saxatile). Cette jolie plante de petite taille se rencontre dans les pentes rocailleuses calcaires. C'est la plante nourricière de la piéride de l'aethionème (Pieris ergane), papillon protégé. Cette plante méditerranéenne est présente en France dans le Sud-Est.

 

 

 

Famille : Crassulaceae

 

Sedum fragransL'orpin odorant (Sedum fragrans). Cet orpin très original pousse dans les surplombs ombragés des falaises calcaires. Les feuilles et tiges sont couvertes de poils glanduleux. Cette espèce est restreinte à l'extrême sud-est de la France, du Verdon à la frontière Italienne. Elle est protégée en région PACA.

 

 

 

Famille : Euphorbiaceae

 

Euphorbia spinosaL'euphorbe épineuse (Euphorbia spinosa). Cette plante est l'une des euphorbes les plus communes des Préalpes. Elle forme des buissons bas caractéristiques, très touffus, circulaires. Les anciens rameaux desséchés donnent son caractère "épineux" à cette espèce. On observe sur cette photo les capsules, couvertes de verrues cylindriques. L'euphorbe épineuse apprécie les lieux rocailleux, chauds et secs. Elle se rencontre en France dans le Sud-est et la Corse.

 

 

 

Famille : Geraniaceae

 

Erodium rodieiLe bec-de-grue de Rodié (Erodium rodiei). Cette plante rare et très localisée est endémique des Préalpes de Grasse. Ses grandes fleurs roses et ses feuilles très divisées sont caractéristiques. Elle fleurit en avril-mai, dans les fissures du karst et les falaises. Cette espèce à la distribution très restreinte est classée comme "vulnérable" par l'UICN, et protégée au niveau national.

 

 

Erodium rodieiLe bec-de-grue de Rodié (Erodium rodiei).

 

 

 

Famille : Lamiaceae

 

Acanthoprasium frutescensLa balotte épineuse (Acanthoprasium frutescens). Cette curieuse petite plante forme des buissons suspendus dans les falaises calcaires, principalement dans les gorges et les clues. Ses fleurs, ornées de houppettes blanches, s'ouvrent de mai à juillet. Elle est endémique des Alpes-Maritimes, et protégée en région PACA.

 

 

Galeopsis reuteriLe galéopsis de Reuter (Galeopsis reuteri). Cette plante se rencontre dans les éboulis fins et calcaires. Elle se distingue des autres espèces du genre par son habitat, ses feuilles étroites et ses tiges arrondies, pruineuses, glabres à l'exception de quelques poils glanduleux. La floraison à lieu en Juillet. Ce galéopsis est un endémique Ligure, présent en France uniquement dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Alpes-Maritimes.

 

 

 

Famille : Liliaceae

 

Lilium pomponiumLe lis de Pompone (Lilium pomponium). Ce splendide lis, très spectaculaire, se rencontre en juin dans les zones rocailleuses exposées au sud, en moyenne montagne. Cet endémique ligure est présent essentiellement dans l'extrême Sud-Est de la France. Il est protégé dans les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence.

 

 

Veratrum nigrumLe vératre noir (Veratrum nigrum). Cette plante très rare, qui ne se rencontre en France que dans les Alpes-Maritimes, est ici en limite occidentale de son aire de répartition qui s'étend à l'est jusqu'au Japon et à la Sibérie. Elle pousse dans les sous-bois et les vires rocheuses de moyenne montagne, et fleurit généralement en août. Cette espèce est protégée au niveau national.

 

 

 

Famille : Primulaceae

 

Primula marginataLa primevère marginée (Primula marginata). Cette jolie primevère orne au printemps les blocs et falaises calcaires exposés au nord. Elle se rencontre en montagne de 1000 m à 3000 m d'altitude environ. Ses feuilles dentées et un peu farineuses sont caractéristiques. Cette espèce a une distribution limitée aux Alpes du Sud et à l'Italie, et bénéficie chez nous d'une protection au niveau national.

 

 

 

Famille : Ranunculaceae

 

Aquilegia reuteriL'ancolie de Bertoloni (Aquilegia reuteri). Cette belle ancolie se rencontre dans les éboulis calcaires, souvent en ubac. Elle se distingue d'autres ancolies (A. alpina et A. vulgaris) par ses étamines qui ne dépassent pas de la corolle et ses fleurs aux éperons fortement recourbés. Présente dans le Sud-Est, du Vaucluse et des Hautes-Alpes aux Alpes-Maritimes, cette espèce est protégée au niveau national.

 

 

 

 La Faune 

 

Lépidoptères

Famille : Papilionidae

 

Parnassius apolloL'apollon (Parnassius apollo). Ce papillon montagnard est l'un des plus gros papillons diurnes d'Europe. Lorsqu'il se sent menacé, l'apollon relève ses ailes antérieures de manière à dévoiler les ocelles rouges de ses ailes postérieures censées effrayer l'intrus. Il se rencontre au-dessus de 1000 m, dans les pentes rocailleuses sèches où il plane avec légèreté. Sa chenille consomme diverses espèces d'orpins (Sedum sp.). L'apollon possède une distribution mondiale très vaste, de l'Europe à l'Asie. En régression dans de nombreuses régions, il est classé comme menacé par l'UICN. En France, il est intégralement protégé.

 

 

Papilio alexanorL'Alexanor (Papilio alexanor). Ce beau voilier ressemble au flambé (Iphiclides podalirius), dont il se distingue par un fond plus jaune et par le motif en forme de losange formé par les bandes sombres à la base des ailes. On notera également l'extrémité blanche des antennes, bien visible sur cette photo. L'Alexanor est un papillon rare, qui patrouille les pentes des plateaux calcaires à la recherche des buissons de centranthe rouge (Centranthus ruber), cette grande valériane sur laquelle on le voie souvent butiner. L'Alexanor possède une distribution très morcelée, du sud-est de la France aux Balkans, jusqu'au Pakistan. Strictement protégé, il figure sur la liste rouge des insectes de France métropolitaine.

 

 

 

 

  Les milieux forestiers 

L'espèce dominante des Préalpes est le pin sylvestre, qui prospère sur les plateaux et les adrets. Un peu plus bas, il laisse la place au chêne pubescent et au chêne vert. Les ubacs sont occupés par le hêtre et le sapin pectiné. A l'est du massif on peut rencontrer de beaux peuplements de charme-houblon (Ostrya carpinifolia). Dans les gorges, les ripisylves compte de nombreuses espèces d'arbres : laurier noble, érables, figuiers, ...

 

 

 La Flore 

Famille : Brassicaceae

 

Cardamine heptaphyllaLa dentaire pennée (Cardamine heptaphylla). Cette grande plante de la famille du chou se distingue par ses grosse fleurs rosées et ses feuilles divisées portant sept ... ou cinq folioles ! Elle se rencontre presque exclusivement en sous-bois de hêtres. En France, cette espèce est présente dans une moitié sud-est. Elle est protégée dans plusieurs régions, mais pas en PACA où elle est encore bien représentée.

 

 

 

Famille : Liliaceae

 

Erythronium dens-canisLa dent-de-chien (Erythronium dens-canis). Cette très jolie espèce affectionne les sous-bois clairs et les clairières de pins sylvestres, de la moyenne montagne à l'étage subalpin. Elle fleurit souvent peu après la fonte des neiges. On la trouve dans le sud de l'Europe et les Balkans.

 

 

 

Famille : Orchidaceae

 

 Orchis spitzeliiL'orchis de Spitzel (Orchis spitzelii). Cette orchidée se reconnaît à ses fleurs au casque teinté de vert, au labelle plié, et à l'éperon droit et conique. Elle fleurit en moyenne montagne au mois de juin, dans les sous-bois clairs de pins sylvestres, souvent en terrain marneux. Cette espèce possède une répartition étendue (de la France au Liban, de l'Algérie jusqu'en Suède) et très morcelée. Elle est partout rare et très localisée. En France, elle est présente dans les montagnes du sud-est et des Pyrénées Orientales, et protégée au niveau national.

 

 

Ophry insectiferaL'ophrys mouche (Ophry insectifera). Cette ophrys à l'allure caractéristique est souvent très élancé, avec quelques petites fleurs sombres en haut d'une longue tige. Le labelle est allongé et les pétales sont filiformes. Cette espèce est présente dans une majeure partie de la France et de l'Europe. Dans notre département, elle fréquente les sous-bois clairs de pins sylvestres, en moyenne montagne. Elle y est souvent associée au très rare orchis de Spitzel (Orchis spitzelii).

 

 

Corallorhiza trifidaLa racine de corail (Corallorhiza trifida). Cette minuscule espèce passe souvent inaperçue. C'est une plante de montagne, qui pousse dans les sous-bois de hêtres ou de conifères, généralement en face nord. Dans les Préalpes de Grasse, cette orchidée semble très localisée. Présente dans une moitié est de la France, cette espèce est toujours rare.

 

 

 

Famille : Paeoniaceae

 

Paeonia hutiiLa pivoine velue (Paeonia officinalis subsp. huthii). Avec ses fleurs rose de plus de 10 cm de diamètre, cette pivoine est sans conteste la plante la plus spectaculaire de nos régions. Elle fleurit en mai-juin, dans les pelouses karstiques et les sous-bois clairs (en particulier de hêtre). Bien que parfois abondante dans ses stations, elle est vulnérable et sa croissance est particulièrement lente (jusqu'à 10 ans). Cette espèce est protégée en France : ne la cueillez pas ! La pivoine velue est présente dans le sud-est de la France et en Italie.

 

 

Paeonia huthiiLa pivoine velue (Paeonia officinalis subsp. huthii), capsule et graines.

 

 

 

Famille : Primulaceae

 

Androsace chaixiiL'androsace de Chaix (Androsace chaixii). La plupart des androsaces sont des plantes de haute montagne, poussant en coussinets accrochés aux rochers. Cette espèce, elle, se rencontre dans les ubacs de moyenne montagne, souvent en sous-bois (hêtres, ...). Son allure est caractéristique, avec de petites fleurs roses portées par de longs pédoncules en ombelles, ratachés à une rosette basale. Il s'agit d'une endémique du sud-est relativement rare, qui est protégée en Rhône-Alpes.

 

 

 

Famille : Ranunculaceae

 

Hepatica nobilisL'hépatique à trois lobes (Hepatica nobilis). Cette anémone fleurit tôt au printemps, de mars à avril. Elle est commune au pied des buissons et dans le karst, en moyenne montagne. Les fleurs sont généralement violettes, plus rarement blanches ou roses. Cette espèce se rencontre dans une grande partie de l'hémisphère nord.

 

 

 

Famille : Rutaceae

 

Dictamnus albusLa fraxinelle (Dictamnus albus). Cette grande plante (jusqu'à 1 m) aux feuilles divisées rappelant celles du frêne s'identifie facilement à ses grandes fleurs rose pâle striées de pourpre. Elle apprécie les stations sèches en sous-bois clairs, clairières, ... Il s'agit d'une plante rare, protégée en région PACA. La fraxinelle est présente dans le sud de l'Europe, en Afrique du Nord et en Asie.

 

 

 

 Champigons et lichens 

 

Les Champignons

Famille : Geastraceae

 

Geaster spGéastre (Geaster sp). Ces champignons très caractéristiques sont composés de deux enveloppes, l'intérieure (l'endoperidium) renfermant les spores et l'extérieure (l'exoperidium) s'ouvrant en "étoile" à maturité. Cette espèce se rencontre en sous-bois de conifères.

 

 

 

Les Lichens

Ces organismes étonnants ont réussi, grâce à la symbiose entre un champignon et un (ou plusieurs) partenaires photosynthétiques (une algue ou une cyanobactérie), à s'affranchir de la nécessité d'un substrat pour survivre. Ils n'utilisent que les éléments puisés dans l'atmosphère et dans l'eau, et l'énergie solaire. Ils offrent à l'observateur attentif un festival de formes, de couleurs et de textures. Le département des Alpes-Maritimes, avec environ 1600 espèces répertoriées, est le plus riche de France pour la diversité lichénique.

 

Famille : Physciaceae

 

Anaptychia ciliarisAnaptychia ciliaris. Ce lichen corticole (= qui vit sur les écorces) de petite taille possède un thalle (le tissu constituant le lichen) gris-verdâtre cilié, pubescent, et des apothécies (organes sexuels en forme de coupelles) grises à marges plus claires, pédiculées. Présent dans une majeure partie de la France, ce lichen a besoin d'une bonne qualité de l'air pour se développer.

 

 

 

Famille : Parmeliaceae

 

Pleurosticta acetabulumPleurosticta acetabulum. Cet autre lichen corticole possède un thalle de coloration bleu-vert caractéristique. Il pousse sur les troncs et branches de feuillus dans pratiquement toute la France.

 

 

 

Famille : Ramalinaceae

 

Ramalina calicarisRamalina calicaris. Cette espèce se caractérise pas son thalle divisé en lanières étroites en forme de gouttière, avec des apothécies poussant sur leur marge. Elle se rencontre dans une moitié sud-ouest de la France, sur les arbres isolés ou dans les forêts claires.

 

 

Lichens

Pléthore de lichens. Quand les conditions sont favorables, les lichens se disputent l'espace disponible ! Une dizaine d'espèces sont présentes sur cette branche, dont Ramalina fastigiataAnaptychia ciliaris, Pleurosticta acetabulum,  ...

 

 

 

 

 La Faune 

 

Coléoptères

Famille : Cerambycidae

 

Rosalia alpinaLa rosalie des Alpes (Rosalia alpina). Ce magnifique coléoptère est l'un des plus beaux de la faune européenne. Cette espèce apprécie les forêts de hêtres non ''entretenues'', où l'on peut encore trouver les vieux arbres morts dans lesquels se développent les larves. Elle peut être localement assez commune, mais elle reste difficile à observer car l'apparition des adultes est de courte durée (une dizaine de jours en juillet-août). Protégée au niveau national, la rosalie est présente dans les Alpes, les Pyrénées et les Cévennes, mais aussi en plaine par exemple en Charente (où elle se développe notamment sur le frêne).

 

 

Morimus asperLe morime rude (Morimus asper). Ce grand longicorne noir s'observe souvent sur les hêtres en compagnie de l'espèce précédente. Les mâles possèdent des antennes imposantes, bien plus longues que le corps. Contrairement à une espèce similaire, le lamie tisserand (Lamia textor) qui possède des antennes plus courtes que le corps, le morime rude ne vole pas. Ses larves se développent dans le bois mort. Cette belle espèce, indicatrice de la bonne qualité écologique d'une forêt, se rencontre en France dans une large moitié sud-ouest.

 

 

 

Hyménoptères

Famille : Cynipidae

 

Andricus dentimitratusGalle d'Andricus dentimitratus. Avec son "chapeau" denté, sa couleur acajou et sa texture gluante, cette gale est la plus spectaculaire de nos régions. Elle est provoquée par la ponte d'un minuscule hyménoptère de la famile des Cynips dans la cupule d'un gland de chêne. Les larves du Cynips se développeront dans la galle. Dans les Préalpes de Grasse, ces galles s'observent assez fréquement sur chêne pubscent. Andricus dentimitratus est une espèce de répartition Méditerranéenne, présente en France uniquement dans le Sud.

 

 

 

Orthoptères

Famille : Acrididae  /  Sous-Famille : Locustinae

 

Psophus stridulusL'oedipode stridulante (Psophus stridulus). Le mâle de cette espèce est presque noir, avec des marques blanches sur les pattes arrières et des ailes postérieures rouge vif. Il produit en vol un fort crépitement très caractéristique. La femelle (ci-dessous) est plus grosse que le mâle, de couleur plus terne, et possède un abdomen qui dépasse largement les ailes. Ce criquet fréquente les clairières de pins sylvestre en moyenne montagne. Dans les Préalpes de Grasse, les stations de cette espèce sont localisées. Son aire de répartition s'étend de l'Europe méridionale (où elle est en forte régression) jusqu'en Sibérie et en Asie. En France, on le rencontre dans les Alpes et les Pyrénées.

 

 

 

Famille : Tettigonidae   /  Sous-Famille : Meconematinae

 

Meconema thalassinumLe méconème tambourinaire (Meconema thalassinum). Cette petite sauterelle d'aspect gracile s'observe rarement car elle vit dans le feuillage des arbres, chênes et tilleuls essentiellement. Le mâle, représenté ici, ne stridule pas mais signale sa présence en tambourinant  sur les feuilles avec ses pattes. Cette espèce nocturne est présente dans toute la France.

 

 

 

Famille : Tettigonidae   /  Sous-Famille : Phaneropterinae

 

Leptophyes laticaudaLa grande leptophye (Leptophyes laticauda), mâle. Cette espèce au corps finement tacheté de noir se distingue de la leptophye ponctuée (Leptophyes punctissima), espèce voisine plus répandue, par son pronotum non bordé de brun. La grande leptophye se rencontre dans l'extrême sud-est de la France, de 0 à 1500 m d'altitude.

 

 

Barbitistes obtususLe barbitiste empourpré (Barbitistes obtusus). Cette espèce colorée et peu fréquente est plutôt forestière et se rencontre dans les lisières. Une espèce proche, le barbitiste des bois (Barbitistes serricauda), s'en distingue par la forme des cerques (chez le mâle), qui sont aigus et rétrécis progressivement jusqu'à leur extrémité. Le barbitiste empourpré n'est présent en France que dans quelques départements du Sud-Est.

×