La nature des Canaries

La nature des Canaries

L'archipel des Canaries est constitué d'îles volcaniques situées dans l'atlantique, à 1200 km au large de l'Espagne mais seulement à 250 km des côtes Marocaines. L'île de la Palma présentée sur cette page fait partie des 7 îles principales. Situé à l'est de l'archipel, c'est une île relativement peu peuplée, boisée et montagneuse, au relief très accidenté. Du fait de son patrimoine naturel exceptionnel, elle a été désignée comme Réserve de biosphère par l'Unesco en 2002.

 

caldera de Taburiente

La caldera de Taburiente. Cet immense cratère de 7 km de large sur 12 km de long constitue les restes d'un volcan effondré. Les falaises impressionnantes qui ceinturent la caldera mesurent 1 km voire 1.5 km de haut, avec un point culminant à 2400 m d'altitude. Les écosystèmes uniques de cet endroit sont protégés par un Parc National.

 

Llomada grande

La côte sauvage de Hiscaguan. Située au nord-ouest de l'île, cette côte est bordée de hautes falaises battues par l'océan. Les accès à la mer sont rares, et se font principalement par le biais des barrancos, de profonds ravins qui dévalent de la montagne.

 

Cumbre Vieja

Cumbre Vieja. La moitié sud de l'île, moins montagneuse, est dominée par un volcan actif, le Cumbre Vieja. Le paysage y est très insolite, avec cratères, champs de lave, ... Ce patrimoine géologique et paysager exceptionnel est protégé par un Parc National.

 

Pinar de Garafia

La réserve naturelle du Pinar de Garafia. Située au nord de l'île, cette réserve protège l'une de ses plus belles forêts de pins des Canaries. L'humidité apportée par les alizés s'y traduit par la présence fréquente de brume ou de nuages.

 

 La flore 

Les îles qui composent la Macaronésie (Canaries, Açores, Madère et îles du Cap Vert) possèdent en commun une flore riche et originale, avec un fort taux d'endémisme. Fortement altérée par les colons, la flore locale subsiste surtout dans les falaises et les barrancos, ces vallons souvent très escarpés et inaccessibles. Dans les zones sèches près de la mer, la végétation est dominée par les euphorbes. Les pentes montagneuses exposées à l'humidité apportée par les alizés sont le domaine de la pinède à pins des Canaries, et de quelques lambeaux résiduels de la forêt de lauriers (laurisylve) originelle. Les éboulis sommitaux, au-dessus de 2000 m, abritent une flore originale, très menacée par le pâturage.

 

dragonnier des Canaries (Dracaena draco)

Le dragonnier des Canaries (Dracaena draco). Cette espèce emblématique peut atteindre une taille et un âge considérables. Considéré comme un fossile vivant, le dragonnier a pratiquement disparu de son milieu naturel. Il est cependant très utilisé en horticulture.

 

fructification de Dracaena draco

Fructification du dragonnier des Canaries (Dracaena draco).

 

euphorbe des Canaries (Euphorbia canariensis)

L'euphorbe des Canaries (Euphorbia canariensis). Cette euphorbe d'aspect insolite rappelle un cactus. Endémique des Canaries, elle pousse essentiellement dans les falaises à proximité de la mer.

 

Euphorbia canariensis en fleur

Euphorbia canariensis en fleur.

 

Euphorbia balsamifera

Euphorbia balsamifera. Cette euphorbe apprécie les lieux secs et rocailleux. Elle forme un buisson pouvant atteindre 2 m de haut, au tronc jaune très ramifié. Cette espèce est présente aux Canaries, en Afrique du Nord et en Somalie.

 

fruit d'Euphorbia balsamifera

Capsule d'Euphorbia balsamifera.

 

Ceropegia dichotoma

Ceropegia dichotoma. Cette curieuse plante possède des feuilles, mais petites et qui se détachent rapidement de la tige. Cette espèce endémique des Canaries apprécie les lieux arides, en bordure de mer.

 

Adiantum reniforme

Adiantum reniforme. Cette curieuse petite fougère se rencontre dans les surplombs humides, généralement au fond des barrancos. Il s'agit d'une espèce endémique des Canaries.

 

Aeonium sp.

Rosette d'Aeonium. Les Aeonium appartiennent à la famille des Crassulacées, et remplacent aux Canaries les genres Sedum (orpins) et Sempervivum (joubarbes) que l'on rencontre dans des habitats similaires en Europe. Une trentaine d'espèces sont endémiques des Canaries, d'autres se rencontrent au Maroc et en Ethiopie.

 

Aeonium spathulatum

Aeonium spathulatum. Cette espèce endémique des Canaries se caractérise par de nombreuses petites rosettes et des hampes florales rouges portant des fleurs d'un jaune vif. Elle se rencontre sur toutes les îles à l'exception de Lanzarote et Fuerteventura.

 

Aeonium spathulatum

Fleurs d'Aeonium spathulatum.

 

Aeonium aureum

Aeonium aureumCette espèce endémique des Canaries se rencontre dans toutes les îles à l'exception de de Lanzarote et Fuerteventura. Elle se reconnaît à ses fleurs jaunes  et sa rosette à grandes feuilles.

 

Cistus symphytifolius

Cistus symphytifolius. Ce grand ciste endémique des Canaries fait partie du cortège d'espèces caractéristiques de la zone haute de la pinède à pin des Canaries. Ses graines étaient consommées par les Guanches, les habitants pré-hispaniques de ces îles.

 

Echium wildpretii ssp trichosiphon

Echium wildpretii subsp. trichosiphon. Cette vipérine est l'une des plantes les plus spectaculaires des Canaries. Elle se rencontre dans les éboulis à haute altitude (au-dessus de 2000 m). Lors de la floraison, la plante produit une hampe florale pouvant dépasser 2 m, comportant des milliers de fleurs. La sous-espèce trichosiphon représentée ici, à fleurs roses et violettes, est endémique de la Palma où elle est menacée par le pâturage des chèvres. La sous-espèce wildpretii à fleurs rouges est endémique de Ténérife, où on la rencontre dans les éboulis sommitaux de mont Teide.

 

Echium wildpretii ssp trichosiphon

Infloresence d'Echium wildpretii subsp. trichosiphon.

 

Echium wildpretii ssp trichosiphon

Belle station d'Echium wildpretii subsp. trichosiphon.

 

Echium gentianoides

Echium gentianoides. Cette autre vipérine est également une plante rare et menacée, qui pousse comme la précédente dans les éboulis d'altitude. D'allure particulière pour une vipérine, elle forme de gros buissons aux feuilles glauques pratiquement glabres et aux fleurs d'un bleu profond. Cette espèce est endémique de la Palma.

 

Erysimum scoparium

Erysimum scoparium. Cette jolie crucifère pousse dans les pierriers d'altitude, à Tenerife, Grande Canarie et La Palma. Sur La Palma, on la rencontre sur les crètes sommitales de la caldera de Taburiente.

 

Bencomia exstipulata

Bencomia exstipulata. Cette espèce occupe les mêmes milieux que les deux précédentes. Endémique de La Palma et Ténérife, elle a bien failli disparaître à cause du pâturage par les herbivores introduits par l'homme (ses populations sur les deux îles étaient réduites à quelques dizaines d'individus). Des programmes de protection ont permis d'augmenter les effectifs, mais l'espèce est toujours considérée comme menacée.

 

Violette de La Palma (Viola palmensis)

La violette de La Palma (Viola palmensis). Cette violette endémique de La Palma pousse également dans les éboulis sommitaux de l'île. Soumise aux mêmes menaces que les espèces précédentes, elle fait également l'objet d'un programme de conservation.

 

Scrophularia glabrata

Scrophularia glabrata. Cette scrophulaire est endémique de Tenerife et La Palma. On la rencontre dans les pierriers d'altitude, souvent en sous-bois de pins des Canaries. Elle se reconnaît notamment à ses feuilles vert clair, entières et dentées.

 

orchis de La Palma (Orchis lapalmensis)

L'orchis de La Palma (Orchis lapalmensis = Orchis mascula subsp. lapalmensis). Cet orchis est présent sur l'île de La Palma, où il semble peu commun.

 

La faune 

Bien qu'elle comporte bon nombre d'invertébérés endémiques, la faune se fait discrète sur La Palma. Ses représentants les plus célèbres sont sans doute les deux espèces de pigeons endémiques, le pigeon des lauriers (Columba junoniae) et le pigeon de Bolle (Columba bolli) qui habitent les lambeaux de laurisylve encore présents sur l'île. Hormis le lézard de La Palma, très commun, on observe essentiellement quelques espèces de papillons dont certaines sont endémiques des Canaries.

 

lézard de La Palma (Gallotia galloti palmae)

Le lézard de La Palma (Gallotia galloti palmae). Ce lézard à la tête massive peut atteindre 40 cm. Il est endémique de La Palma, où il est très commun dans de nombreux habitats. Les gros mâles sont parfois très colorés. Trois autres sous-espèces de Gallotia galloti se rencontrent sur l'île de Ténérife.

 

gecko de Tenerife  (Tarentola delalandii)

Le gecko de Tenerife  (Tarentola delalandii). Ce petit gecko de couleur sombre s'observe sur les rochers, murets, ... Il est endémique des Canaries où il est présent à Ténérife et La Palma.

 

tircis Canarien (Pararge xiphioides)

Le tircis Canarien (Pararge xiphioides). Ce papillon est endémique des Canaries, où il se rencontre sur la plupart des îles. Il est fréquent dans un grand nombre de milieux. Une autre espèce, Pararge xiphia, est endémique de Madère.

 

azuré Canarien (Cyclyrius webbianus)

L'azuré Canarien (Cyclyrius webbianus). De coloration inhabituelle pour un azuré, ce papillon est facilement reconnaissable. Il s'observe typiquement dans les vallons chauds riches en végétation. Restreint aux Canaries, il se rencontre dans la plupart des îles.

 

azuré porte-queue (Lampides boeticus)

L'azuré porte-queue (Lampides boeticus). Ce papillon s'identifie facilement à son dessous bigarré et aux deux queues très fines qui ornent l'extrémité de ses ailes postérieures. Contrairement aux espèces précédentes, ce papillon possède une vaste répartition mondiale incluant la majorité de l'Europe et de l'Afrique.

 

Argiope trifasciata

Argiope trifasciata. Si cette araignée possède une vaste distribution mondiale, en Europe elle n'est présente que dans la péninsule Ibérique, les Canaries et à Madère.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×